Archiprêtré de Forbach : 11ème Nuit de la Charité

Non ce n’était pas des gilets jaunes qui s’étaient perdus, mais simplement quelques paroissiens, en solidarité avec les migrants sur les routes de l’exil, qui ouvraient la 11ème Nuit de la Charité.

Ce samedi 17 novembre 2018, à 15h, une bonne vingtaine de marcheurs étaient au départ de la chapelle Notre-Dame de Bon Secours de Forbach, pour rallier l’église de Stiring-Wendel.

À 16h, les participants se sont retrouvés sur le parvis de l’église Saint-François pour partager un café-gâteau. Un moment convivial suivi ensuite d’un temps d’échanges, avec le témoignage de bénévoles et de bénéficiaires de 8 associations caritatives sur les 11 qui participent à ce rendez-vous.

C’est dans une église comble, avec toutes les chorales de l’archiprêtré que la messe fut célébrée, présidée par l’abbé Dominique Thiry, vicaire général. Juste avant cette messe, les jeunes ont présenté deux scénettes. Une des scénettes montrait un docteur qui se retrouve seul le soir de Noël, signe que ce n’est pas uniquement l’argent qui fait la pauvreté mais que le manque de relation peut y contribuer…

Dans son homélie l’abbé Thiry disait : « La Nuit de la Charité est une intuition qui rejoint profondément celle de la Journée mondiale des Pauvres que nous célébrons ce week-end partout dans le monde. Sur l’archiprêtré de Forbach, vous étiez donc en avance, et en avance sur l’intuition du pape François qui a décidé cette Journée mondiale des Pauvres au terme de l’année jubilaire de la Miséricorde, en 2017[…]

Lorsque nous regardons les personnes qui sont victimes d’injustice, – et vivre dans la pauvreté, c’est injuste -, nous ne pouvons pas ne pas y discerner la présence de notre Seigneur. […] Jésus s’est fait pauvre pour rejoindre tout homme, pour que personne n’aie honte de sa situation, pour que tout être humain se souvienne de sa dignité devant Dieu. Et il s’est fait pauvre, pas seulement pour quelques-uns, mais pour tous, pour attirer la charité de Dieu dans les blessures les plus profondes de notre humanité.

Car en vérité, nous sommes tous pauvres. Nous avons tous des pauvretés : pas les mêmes c’est vrai. Mais elles sont bien réelles et bien là, et elles nous font mal. Et du coup personne ne devrait être dans une attitude de surplomb ou de dédain, ou au contraire se sentir en dessous de tout. Oui, vous avez choisi le bon slogan pour cette Nuit de la Charité : « Tous ensemble : solidaires, bénévoles, bénéficiaires et bienfaiteurs ». J’ajoute : car tous pauvres…. »

Après la messe, la traditionnelle soupe aux pois, concoctée par la communauté Emmaüs, a rassemblé toutes les générations dans un même esprit de solidarité.

Comme toute action sur le terrain, pour nous chrétien, doit s’enraciner dans la prière et la contemplation, toutes les associations caritatives et les groupes de prière de l’archiprêtré, ce sont relayés pour une nuit d’adoration qui s’est achevée à 8h avec l’office des Laudes.

C’est par les différentes messes dominicales (une dans chaque Communauté de paroisses de l’archiprêtre) que s’est terminée cette 11ème Nuit de la Charité.

Témoignage de Marie-Josiane pour la Pastorale des Migrants :

 » Je m’appelle Marie-Josiane âgée de 28 ans, Camerounaise. Je suis une des émigrantes du grand bateau Aquarius qui nous a sauvés en mer en août dernier. Ce bateau dont personne ne voulait et qui a erré en mer pendant cinq longues journées. Quel Bonheur quand nous avons pu accoster à Malte et que la France parmi tant d’autres pays européens, a accepté de me prendre comme demandeur d’asile. Elle m’a ouvert ses portes ! Depuis, je suis devenue réfugiée politique. En hébergement d’urgence au CADA (Centre d’Accueil  Des Demandeurs d’Asile) de Forbach. J’ai fait la connaissance de la Pastorale des Migrants qui intervient au CADA pour des cours de français. Par son accompagnement, elle contribue à aider les migrants. Je souhaiterai suivre une formation professionnelle pour être au service de la personne. Je remercie grandement la France et la Moselle, ma terre d’accueil. Je commence à vivre mon premier froid hivernal en France ! « 

Témoignage de Ruth ( membre de l’association « Aide et partage » et de la Pastorale des Migrants ) :

 » Je m’appelle Ruth âgée de 59 ans, Camerounaise et aide -soignante auprès de personnes âgées dans une maison de retraite. Après 13 ans en France, j’ai été en difficulté et l’association Aide et Partage m’a beaucoup aidée et soutenue. À mon tour, j’aide d’autres personnes et j’ai rejoint la Pastorale des Migrants. Dans mon village natal au Cameroun, qui était dans le besoin vital d’eau potable. Il fallait parcourir six kilomètres dans la forêt, avec tous ses risques et périls, à la recherche d’eau potable. Physiquement c’était également éprouvant de porter de lourdes cruches sur la tête, le dos et les bras. En mai 2017, « Aide et partage » a financé le projet de creuser un puits d’eau potable dans mon village. Grâce à Aide et Partage, la vie des habitants de mon village a été transformée et c’est une grande joie ! Ils ne cessent de remercier les membres d’Aide et Partage et de tous les donateurs qui ont soutenu ce projet. Je continue à soutenir l’association et à la remercier infiniment pour tous les bienfaits qu’elle permet en France et ailleurs. «