Vocations

stained-glass-windows-1092850_1280

Être appelé, chacun sa vocation

La vocation, dans le cadre de la foi chrétienne, est un appel unique et personnel de Dieu, inscrit en chaque homme, créé par Dieu. Chaque personne humaine le reçoit pour y donner réponse dans la liberté de l’amour, en vue de son bonheur. Chacun est ainsi appelé mystérieusement, par Dieu, à lui répondre en donnant sa vie. Il est ainsi associé, dans sa vie, au mystère pascal de Jésus, au passage vers une vie en plénitude.

Toute personne humaine est appelée à vivre de la sainteté de Dieu. Il y a un appel universel à la sainteté. Les chrétiens reçoivent cet appel comme une mission propre et explicite au jour de leur baptême dans la foi.

Le baptême est donc comme la matrice de toute vocation en Église. La mission fondamentale du chrétien est d’aller au bout de sa vocation de baptisé, en vivant l’Évangile et en faisant de toute sa vie une réponse d’amour au don de Dieu.

Cette vocation se réalise pour le monde, en prenant part à la mission de l’Église, chacun selon son appel. La vocation de baptisé est vocation à devenir disciple du Christ, en Église, et participer à sa mission d’annonce de l’Évangile au monde.

Cet appel à la sainteté, dans la foi et la vie en Église, vécue par les baptisés peut ensuite prendre corps de façon diverses : soit en vivant en laïcs, dans le monde, dans la vie conjugale et familiale ou le célibat ; soit en recevant le sacrement de l’ordre (diacres, prêtres, évêques) ; soit en entrant dans la “vie consacrée” (vie religieuse apostolique ou monastique, vie d’ermites ou vierges consacrées, consécration dans un institut séculiers).

Devenir prêtre, pourquoi pas ?

Qui d’entre nous, lorsqu’il était enfant, n’a pas souhaité un jour être tantôt pompier, médecin, professeur voire même curé au point de jouer à faire “comme si” ? Et puis, si ces jeux de gamins se sont évanouis quelques temps plus tard, il n’est pas rare qu’ils aient réapparus au moment où l’on s’y attendait le moins au point de bouleverser quelque peu les projets menés jusque-là.

La question d’être prêtre doit être prise au sérieux quand elle interpelle quelqu’un. Sans doute les événements de la vie, une rencontre ou tout simplement un temps régulier de prière, de retraite ou de halte spirituelle ont-ils été à l’origine de ce désir, signe que Dieu appelait peut-être untel à le suivre dans le ministère ordonné.

Prendre le temps du discernement pour répondre librement à l’appel de Dieu consiste à saisir l’importance de faire Église. L’accompagnement spirituel, l’engagement au sein du Service diocésain des Vocations, la rencontre avec un prêtre sont autant de premières étapes nécessaires pour y voir plus clair. Si elles sont concluantes, l’entrée en année de propédeutique, perçue comme un temps spécifique de formation et de discernement, reste essentielle pour confirmer cet appel, avant de rejoindre éventuellement le grand séminaire.

Quand on porte le désir de servir Dieu et ses frères dans le ministère ordonné, spécialement les pauvres, les malades, ceux qui sont loin de l’Église, il importe d’en parler, de se donner les moyens pour continuer à travailler cette terre intérieure au sein de laquelle Dieu révèle son projet d’amour pour chacun.

Pour aider à discerner sa vocation

Vous ressentez le désir ou un appel intérieur à suivre le Christ dans la vie consacrée, comme prêtre ou comme diacre, il est bon de venir en parler à un prêtre ou de prendre contact avec le Service diocésain des Vocations qui pourra vous guider dans votre réflexion. Ce service a pour objectif de sensibiliser les chrétiens à leur vocation et d’accompagner les jeunes qui veulent y réfléchir.