Nouvelle journée à Thicourt pour la pastorale des migrants

« Eh bien, par ce temps, vous avez dû avoir très chaud ! » Oui chaud et même très chaud mais que d’amitié, de rencontres, de partage, de jeux, de sourires et de rires.

À l’invitation de l’abbé Joseph Kamin, aumônier de la pastorale des migrants, bénévoles et accueillis sont revenus au moulin de Thicourt. Ils y ont rejoint bénévoles et accueillies des équipes Saint-Vincent de Metz, ainsi que Carmen, membre du groupe interreligieux de Forbach, accompagnée d’autres migrants. Au total, plus de cinquante personnes étaient présentes. Pour l’occasion, chacun avait cuisiné afin de faire connaître les saveurs du Liban, d’Albanie, d’Irak, d’Afghanistan, d’Algérie…

Tenphel et Dolan, venus du Tibet et du Soudan, se sont joins aux participants. Il y a quelques années, ils ont appris le français au cours du « Café Français ». Désormais naturalisés, ils étaient heureux de retrouver l’ambiance de ces sorties teintées de rires mais aussi d’émotions lorsque certains se confient sur leur parcours migratoire, dont eux même, après toutes ces années, gardent les stigmates de la souffrance de l’exil. Cependant, leurs sourires et leur facilité pour aller vers chacun étaient un exemple de résilience et d’espoir pour ceux arrivés depuis quelques mois.

Ce fut aussi l’occasion de dire au revoir et merci à Olivier, bénévole du « Café Français » depuis 10 ans, retournant dans sa région d’origine du Pas-de-Calais. Il ne tardera pas à s’engager dans son nouveau diocèse auprès des migrants et des réfugiés. Certains avaient appris le chant Adieu monsieur le professeur et l’on chanté tous en chœur.

Joie de vivre la diversité, la fraternité, de s’écouter, de jouer, de marcher, de déjeuner tous ensemble.
Joie de l’émotion de voir Nazir, 14 ans, dont le visage s’est épanoui tout au long de cette journée.
Joie des rires autour du Mikado géant.
Joie de chanter et de comprendre le sens de la chanson, de trouver des mots que l’on connait.
Joie de se retrouver bientôt et avoir hâte de revivre ces moments de douceurs oubliés dans leur long parcours d’exil.

Mot de conclusion lors du voyage de retour de Sadiq, 21 ans, venu d’Afghanistan : « Aujourd’hui, nous avons fait un beau voyage« .

« Par amour fraternel soyez pleins d’affection les uns pour les autres et rivalisez d’estime réciproque« , (Rm 12, 10).