Le conseil épiscopal accueille les curés de Moselle pour une réflexion sur les territoires

Ce vendredi 23 février 2018, à la veille de l’ouverture du salon de l’Agriculture où toute la France s’intéresse au monde rural, le Conseil épiscopal du diocèse de Metz propose une rencontre élargie avec la présence de tous les curés du diocèse pour une réflexion autour des territoires et des esquisses d’une future organisation pastorale.

Pour alimenter la réflexion du clergé messin, après le temps de prière matinal, la première partie de cette rencontre du Conseil épiscopal élargi a permis d’écouter Monsieur Céleste Lett, maire de Sarreguemines et vice-président de la fédération des maires de Moselle, autour de la question des territoires ruraux et des mutations qu’ils ont à vivre. Outre les transformations des territoires avec les regroupements de communes qu’ils imposent et les synergies mises en place, la question de la proximité des structures administratives a été abordée tant dans l’exposé préliminaire que dans la discussion avec les curés présents. L’élu a pointé les similitudes entre les paroisses et les communes, avec des enjeux relativement identiques. « Dans le cas d’un mariage, on ne se marie pas pour la dot, mais parce qu’on a un projet commun » a lancé Céleste Lett, pour nous inciter à réfléchir aux raisons des regroupements. Les liens à l’Etat et les questions autour de l’enseignement religieux ont également été abordés lors de cette première partie de la journée.

Dans une seconde partie de la matinée, Mgr Lagleize a présenté le projet de nouvelle organisation diocésaine, afin d’introduire le travail des réunions brassées. Les grands enjeux de cette réforme ont été présentés aux curés, l’évêque les invitant à vivre une véritable conversion pastorale, où le curé ne fait pas tout. C’est pour éviter la fatigue et l’essoufflement pastoral que le travail en collaboration devra être développé autour de 7 missions principales.

  1. La pastorale catéchétique autour de l’initiation chrétienne à tous les âges.
  2. La pastorale des jeunes et le suivi des mouvements au service des jeunes (avec le souci des vocations).
  3. La pastorale des familles, préparation au mariage, accueil des familles, lien avec les mouvements.
  4. La diaconie de l’Eglise auprès des plus pauvres et l’accompagnement des équipes funérailles.
  5. La Pastorale de la santé et des personnes en situation de handicap et le SEM et le lien avec le service diocésain.
  6. La formation des acteurs pastoraux.
  7. L’ouverture des communautés chrétiennes avec l’œcuménisme, le dialogue interreligieux, le lien au monde et à la culture et les réalités socio-économiques.

Le but de cette nouvelle organisation est de favoriser la proximité avec les chrétiens, notamment par la création de personnes-relais, ou par des lieux de proximité pour la formation.