Journée d’étude pour tous sur le Notre Père au CAEPR à Metz

Alors qu’une nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur le premier dimanche de l’Avent, le 3 décembre 2017, le Centre Autonome d’Enseignement et de Pédagogie Religieuse (CAEPR) a organisé une journée d’étude sur le thème Le Notre Père, traductions et traditions ouverte à tous. Une quarantaine de personnes est venue sur les bancs de la fac pour découvrir les enjeux théologiques des traductions du Notre Père, mais aussi pour nourrir sa foi en se réappropriant une prière centrale des chrétiens.

Eclairage historique et théologique

Cette journée de réflexion a commencé par une conférence de Claire Placial (Université de Lorraine) sur l’histoire des premières traductions du Notre Père en français. Elle a mis en évidence que la nouvelle traduction du Notre Père repose des questions théologiques qui se posent depuis des siècles. Elle a aussi évoqué les impacts socio-culturels des traductions.

La matinée s’est poursuivie avec une intervention de Christian Grappe (Université de Strasbourg) évoquant, chez les Protestants, le synode organisé autour du changement de traduction et la recommandation, du côté protestant, de prier également avec la nouvelle traduction, afin de garder une unité œcuménique de prière, acquise historiquement depuis 1966.

Enfin, Marie-Anne Vannier (Université de Lorraine) a proposé un éventail de textes des Pères de l’Eglise autour de la sixième demande du Notre Père, mettant ainsi en perspective historique et théologique, les questions théologiques actuelles – portant notamment sur la tentation, le mal, la liberté, l’épreuve, le combat spirituel – autour de la nouvelle traduction.

Par ses apports historiques et théologiques, cette matinée de travail a permis de remettre en lumière les différentes traductions du Notre Père et leurs implications au niveau de la réception. Cela a permis aussi à tout croyant de mesurer combien la foi est dynamique.

Tentation et lecture éthique

L’après-midi était consacrée à l’approfondissement de points théologiques faisant débat, tout particulièrement autour de la question de la tentation avec les interventions d’Hans-Christoph Askani (Université de Genève) et de Benoît Bourgine (Université catholique de Louvain). Le public a pu se rendre compte de débats en cours, de l’existence de points délicats théologiques mais aussi de la transversalité des débats, qui, de facto, englobent plusieurs disciplines et touchent de nombreux domaines.

La journée d’étude s’est achevée avec une lecture éthique du Notre Père proposée par Fabien Faul. Cette intervention conclusive a permis de relire le Notre Père dans son ensemble sous un autre regard et de s’approprier le texte à nouveaux frais, en particulier par jeu de résonnances sémantiques.

Au total, cette journée a su conjuguer deux exigences complémentaires : mener à la fois un travail théologique de qualité et nourrir la foi de tout un chacun. D’autres journées de ce type devraient être proposées à l’avenir, suite à la réussite que constitue cette première journée sur le Notre Père.

A noter : les conférences ont été enregistrées et seront bientôt disponibles en podcast sur le site du CAEPR

DSC_0384

DSC_0393

DSC_0402

DSC_0407

DSC_0415