Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Samedi 9 octobre

Commentaire de l’Evangile du jour : « Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu ! » (Lc 11, 27-28)

Nous voici face à deux béatitudes ! Oui, heureuse es-tu Vierge Marie, toi qui a as enfanté Jésus et l’as nourri de ton sein. Mais, nous dit Jésus, « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu ». Ce n’est pas une opposition à la béatitude clamée par la femme qui élève la voix au-dessus de la foule pour s’adresser à Jésus.

Je peux regarder cette scène d’Evangile. Elle se situe juste après que Jésus ait parlé des démons qui envahissent une maison parce qu’ils l’ont trouvé vide, bien rangée. Je peux donc voir Jésus, une foule, et une femme qui parle « au-dessus » de la foule afin que Jésus puisse l’entendre. Et je peux écouter les paroles, les « béatitudes » prononcées par la femme : « Heureuse la femme qui t’a portée en elle et dont les seins t’ont nourri »,   puis par Jésus :  « Heureux plutôt ceux qui écoutent la Parole de Dieu et qui la gardent ».

Qu’est-ce qui résonne en moi quand j’entends ces paroles ? La parole de Jésus s’oppose-t-elle à celle de la femme ? Non, contrairement à ce que j’ai pensé un temps…  Bien sûr,  Marie est bienheureuse d’avoir enfanté Jésus, mais davantage encore, nous dit Jésus, d’avoir écouté la Parole de Dieu, et de l’avoir gardé dans son cœur. La maison dont vient de parler Jésus, c’est le cœur de l’homme, vide, désespérément vide. Et qui vient s’installer dans ce vide ? Le mal, le malin. II a vite fait d’envahir les lieux ! Mais si j’écoute la Parole de Dieu et la garde dans mon cœur pour la mettre en pratique, alors mon cœur, ma maison, n’est pas vide et, même s’il lui arrive de « passer par là », le démon n’y fera pas sa demeure.

Proposition de prière : Seigneur, envoie sur moi, ton Esprit Saint ; qu’il m’aide à écouter fidèlement la Parole de Dieu,  à la garder dans mon cœur, afin de la mettre en pratique et d’être mieux armé(e) face à « l’adversaire », avec l’aide de Marie « la première en chemin ».

Françoise Fuchs