« Vous les humbles, recherchez la justice » (Sophonie 2, 3)

Le carême demeure un temps pour prendre soin de sa conversion personnelle, communautaire et sociale, éclairé et fécondé par la Parole de Dieu. Le carême n’est pas un temps pour soi, mais avec et pour les autres.

Notre pays traverse une crise profonde. Notre conscience de citoyen ne peut pas rester indifférente à ce qui se passe.

Baptisés, nous ne sommes pas en dehors du monde, à côté de nos concitoyens. Baptisés, nous sommes immergés au sein de notre société et nous avons la mission d’être comme le levain et le sel qui permettent de prendre corps et de donner du goût.

Durant ce temps, le chef de l’État nous demande de participer au Grand débat national. Je vous invite à participer aux différentes rencontres ou à contribuer via le site internet mis en place par le Gouvernement, même s’il nous faut regretter que certaines questions de société aient été exclues du débat.

Catholiques en Moselle, nous avons une mission particulière liée à notre compatriote, le Serviteur de Dieu, Robert Schuman. Alors que se profile l’élection européenne, ce carême devrait nous permettre de découvrir ou de redécouvrir les fondements de l’Europe tels que les ont voulus les « Pères fondateurs », trois hommes animés par l’Évangile et par leur foi pour qu’advienne la réconciliation, une paix durable et un partage de richesses culturelles et économiques. Il serait peut-être bon de lire durant ce carême l’ouvrage de Robert Schuman Pour l’Europe, dans lequel nous pouvons lire :

« Le christianisme a enseigné l’égalité de nature de tous les hommes, enfants d’un même Dieu, rachetés par le même Christ, sans distinction de race, de couleur, de classe et de profession. Il a fait reconnaître la dignité du travail et l’obligation pour tous de s’y soumettre. Il a reconnu la primauté des valeurs intérieures qui seules ennoblissent l’homme. La loi universelle de l’amour et de la charité a fait de tout homme notre prochain » (Pour l’Europe 5e édition, Fondation Robert Schuman, Éditions Nagel, pp. 45-46).

 

Le carême, s’il demeure un temps privilégié pour la prière, nous souffle qu’il ne suffit pas de dire « Seigneur, Seigneur… » (Matthieu 7 ,21), encore faut-il s’engager concrètement pour prendre soin du corps social qu’ensemble nous formons, par-delà les convictions religieuses ou philosophiques de chacun.

Metz, le 14 février 2019

En la fête des saints Cyrille et Méthode, co-patrons de l’Europe

 

+ Jean-Christophe Lagleize
Évêque de Metz

Le sens du carême

Les tablettes de la foi, une production du www.lejourduseigneur.com

Message vidéo

Autour du carême

Prières-Carême-1-300x188

Dates à venir

Mieux comprendre et vivre le carême

Le Carême commence le Mercredi des Cendres, mercredi 6 mars 2019, et s’achève le Jeudi Saint, le 18 avril 2019, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine Sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux 14 avril 2019, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi Saint au soir et le dimanche de Pâques, le 21 avril 2019, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du Carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

 

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Durant le temps du Carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du Carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Pour aller plus loin

2-7
4-6
3-6
6-7
8-5
10-1
5-5
9-4