Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

13 novembre 2022 – 33e Dimanche du Temps Ordinaire

Un matin réchauffé par un soleil de justice
Jésus parle à ses disciples de sa venue. Il le fait en utilisant des images fortes, blessantes et cruelles. «On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ; on vous livrera aux synagogues, on vous jettera en prison, on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs. Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, votre famille et vos amis, et ils feront mettre à mort certains d’entre vous. Vous serez détestés de tous.» A l’écoute de cette énumération, nous serions tentés de penser qu’il a raison. Notamment suite aux drames que nous rapportent les médias. Il est vrai que nous vivons actuellement un monde où le problème du mal reste un scandale.
Toutefois les propos de Jésus ne visent pas la frayeur. Il veut simplement réveiller les esprits. Et pour cela il utilise une forme de communication largement utilisée à son époque. En fait, son message est très simple. Pour Jésus, ce qui donne sens à nos vies, ce ne sont pas nos constructions éphémères, ni même les forces de la nature… Non ! Ce qui donne sens à nos vies, c’est une personne : c’est lui, Jésus, en personne. Ce qui donne sens à nos vies, c’est un visage : c’est le sien, visage qui est avant tout celui du ressuscité. Aussi, il veille à ne pas nous laisser sur une perspective triste et fermée. Nous comprenons ici que le Christ ne tient pas à livrer ses disciples à la peur. Bien au contraire, il tient, pour toujours, à les assurer de sa présence. Or, que nous apporte la présence du Seigneur ? Tout simplement la possibilité de graver au plus profond de notre chair la loi des Béatitudes.
C’est-à-dire :
– La capacité de croire en un monde où les plus démunis ne seront plus serviteurs des loisirs des autres.
– La force de bâtir un monde où l’indifférence, la magouille, l’intolérance et la trahison ne feront pas la loi.
– L’espérance de croire que l’Evangile, lorsqu’il nous propose le monde à l’envers, nous ouvre la vie de Dieu à l’endroit.
Chers amis, n’en déplaise aux oiseaux de mauvais augure, nous n’allons pas vers une catastrophe. La terre ne s’enfoncera pas dans les ténèbres. Mais notre monde se réveillera un matin, réchauffé par un soleil de justice. Telle est notre espérance, celle que nous offre Jésus.

P. Philippe BOISSÉ