24 novembre 2019 – Dimanche du Christ Roi de l’Univers

« Seigneur, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton Royaume.
– Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. »

Bien joué, le bon larron ! En effet, il fut le premier saint canonisé par l’église, lui, le prisonnier, le condamné à mort. Le Pape François l’a rappelé dès le début de son pontificat, en visite dans un établissement pénitentiaire de Naples. Et les chrétiens devraient apprendre de cette parole et de cet exemple du Christ. Vivre suppose parfois pour nous, pèlerins de ce Monde, de nous salir les pieds sur les chemins poussiéreux de la vie.

Jésus l’affirme sur la croix : ce criminel à ses côtés est déjà entré dans la joie du Royaume, dans la joie de la vie éternelle, dans la joie de l’Amour de Dieu. Jésus a aussi lavé nos pieds avant que nous passions à la table du banquet heureux, auquel nous sommes tous invités. Dieu, son Père, est puissant. Il a deux mains. L’une pour protéger et empêcher la chute de certains et l’autre pour relever ceux qui sont tombés afin que, tous, nous goûtions à la joie du Royaume, à la joie de son Amour. Croire en cette joie offerte à tous, c’est croire que, pour Dieu, tous les saints ont un passé et que chaque pécheur a un avenir.

Le frère Jean-Joseph LATASTE, dominicain et apôtre des prisons, disait : « Dieu ne regarde pas, pour nous ouvrir les portes du Royaume, ce que nous avons été. Il n’est touché que de ce que nous sommes. »

Anne-Elisabeth