8 avril 2018 – 2ème Dimanche de Pâques

Le doute serait-il aussi un chemin de foi ?

Saint Thomas : voici sans doute le plus connu des disciples de Jésus ! Vous avez certainement, comme moi, déjà entendu de nombreuses fois l’invocation de ce Saint, surtout dans les relations professionnelles, commerciales, contractuelles, partout où la confiance est mise à rude épreuve : « je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois ! ». N’en déplaise à tous les contrôleurs des travaux finis toujours à l’affût du vice caché, le scepticisme de Thomas peut aussi être un chemin de foi. J’ai en effet en tête ces magnifiques paroles de Jean Debruynne mises en musique par Nomade :

« Thomas, Thomas c’est grâce à toi

Qu’aujourd’hui quand nous vient le doute

Il peut nous ouvrir une route

Qui nous conduit jusqu’à la foi. »

Et pourtant les obstacles sur le chemin de la foi du Christ ressuscité étaient nombreux en ce troisième jour après la mort de Jésus : les disciples étaient terrés dans leur peur et avaient verrouillé leur porte au monde nouveau que venait de leur annoncer Marie-Madeleine. Et Thomas alors, avait-il encore plus peur que les autres pour préférer rester chez lui plutôt que de risquer de rejoindre le groupe de ses amis ? L’Esprit Saint répandu par Jésus a visiblement su faire fi de la peur, du retranchement, du secret et du doute. Il a su rejoindre chacun des disciples, là où il en était dans sa foi, y compris jusque dans l’épreuve de la chair. Quels que soient nos doutes, une chose est sûre : Dieu trouvera toujours le moyen de nous rejoindre, même dans les impasses les plus inattendues. Car, comme le chante encore Nomade :

« Thomas je te rassure, Dieu est toujours aussi humain ».

Björn DESMET