A Sarralbe, un point commun les a rassemblés : les malades…

Ce dimanche à l’église de Rech, les fidèles et l’abbé Sébastien Roch, curé-archiprêtre, ont accueilli les membres du SEM de l’aumônerie de l’hôpital EHPAD de Sarralbe et des Hospitaliers Notre-Dame de Lourdes du diocèse pour prier pour les malades. Trois fêtes pour réunir ceux qui se portent au-devant de leurs frères et sœurs malades.

Ils ont fêté le 160ème anniversaire de la première apparition de sainte Bernadette à Lourdes, puis la 26ème journée mondiale des malades et enfin le Dimanche de la Santé, avec pour thème : « Montre-moi ton visage ».

Pour la circonstance, c’est le SEM et l’aumônerie qui ont préparé la célébration. Au moment de l’accueil, Marie-Jo a apporté un panneau avec le thème national, puis, deux autres bénévoles ont amené un grand poster avec des visages tristes, des visages d’Hommes de Femmes : ce sont un peu nos visages !

Pour l’être humain, le visage est le lien de la communication avec ses semblables. C’est par le visage que chacun de nous entre en relation avec les autres avant même d’avoir prononcé un seul mot ! Le visage peut attirer, repousser, il peut être marqué par la souffrance, la détresse, la maladie, l’âge, le handicap… Ces visages sont souvent les nôtres, tristes, accablés, sombres, abattus…

Aussi, au début de la messe, ils ont déposé au pied de l’autel, tous ces visages rencontrés chaque jour. Visages de voisins, de malades, de familles éprouvées, d’enfants, de chômeurs, de sans-logis, de sans-le-sou…

Puis au moment de la présentation des offrandes, Christiane a apporté un visage du Christ, magnifique peinture de Guido Reni. Dans l’Evangile, il est dit que Philippe veut voir Dieu: « Montre-nous le Père et cela nous suffit. – Philippe qui me voit, voit le Père. » (Jean 14. 8) Comment découvrir le visage de notre Dieu ? Dans l’Eucharistie.

Après la Communion, un autre grand poster fut affiché, avec de nombreux visages souriants. Le visage de Dieu, que nous cherchons toute notre vie : se révèle à nous dans l’Eucharistie mais aussi à travers la variation infinie des visages des hommes et des femmes depuis la nuit des temps.

C’est l’Eucharistie qui transforme le chrétien, car lorsque nous avons déposé toutes nos souffrances, au pied de l’Autel, nous pouvons repartir avec des visages souriants, reposés, refaits, car notre cœur a rencontré l’Amour qui sauve le monde. Osons regarder autour de nous : nos frères et sœurs, pour voir le visage du Seigneur, pour y rencontrer le visage du Christ.

La messe se termina par la prière : Montre-moi, ton visage offerte à tous, pour la prolonger chez eux…