Le lien conjugal est un trésor

Le mot “ Lien ” évoque-t-il pour vous une entrave à votre liberté ou bien une solidarité qui vous permet d’être plus confiants et plus vaillants, donc plus libres ? On parle beaucoup du lien social : on encourage la vie associative, les activités culturelles et sportives, tout ce qui donne occasion de se rencontrer pour débattre et s’accorder sur les choix à faire dans la gestion de la cité. On insiste également sur la nécessité du lien parental : grâce à la présence attentive de ses deux parents, desquels il reçoit ce dont il a besoin pour vivre, pour son corps, et son esprit, l’enfant se sent en sécurité et encouragé dans sa croissance.

Cependant, s’il est un lien dont on néglige trop l’importance aujourd’hui, c’est bien le lien conjugal. On prend acte de sa fragilité pour décréter des formules qui lui donnent un caractère provisoire : divorce à l’amiable, PACS, concubinage… un provisoire qui peut se prolonger au point que les conjoints ne sentent plus la nécessité d’une Alliance décisive pour construire leur famille sur de solides fondations. Certains veulent nous persuader que le divorce est une étape banale pour refaire sa vie, niant aveuglément le traumatisme causé aux conjoints et aux enfants qui sentent le vide se creuser autour d’eux.

Assurément, le lien conjugal indissoluble constitue le meilleur fondement pour la famille. En affirmant cette vérité, l’Église prend la défense des plus vulnérables, l’enfant d’abord, mais aussi, selon les cas, le père ou la mère : responsabilité parentale et responsabilité conjugale ne se séparent pas. Dire cela nous engage par ailleurs à soutenir les personnes divorcées dans l’épreuve qu’elles traversent.

En réalité l’Alliance conjugale ne va jamais sans la foi, la foi dans le conjoint exprimée par le libre consentement réciproque, et la foi en Dieu qui est l’Amour inconditionnel, le roc sur lequel s’appuie notre fragilité. Aussi nous demandons souvent : « Seigneur, augmente en nous la foi ! » (Luc 17, 5) La foi fera des miracles, la foi déplacera des montagnes.

Jean-Louis Paccoud