Vivre dans le présent – Journée de ressourcement près de Morhange

« Bien faire ce que Dieu commande, vivre dans le présent, sentir son âme agir et comme respirer devant Notre Seigneur, c’est le se­cret de la paix et de la sainteté »

Bienheureux Frère Arnould.

Mardi 25 mai a été l’occasion d’une récollection pour les acteurs de pastorale des jeunes de tout le diocèse. On devinait les sourires derrière les masques et la joie de nous retrouver après une année compliquée, à l’étang de la Mutche, près de Morhange, pour se donner des nouvelles et découvrir l’archiprêtré, ainsi que deux figures de sainteté mosellanes : Bienheureux Frère Arnould et Caroline Carré de Malberg.

                         

Après une année spéciale, cette journée de formation était une journée spéciale elle-aussi, centrée sur un moment fraternel de partage et de découverte. Nous étions une quinzaine à l’étang de la Mutche ce mardi 25 mai 2021, à marcher entre les averses pour rejoindre le village de Landroff et découvrir la figure du Bienheureux Frère Arnould. Le Père Grégoire Corneloup, archiprêtre du lieu, nous a présenté sa vie sur l’emplacement de sa maison natale, puis dans l’église.

La citation du début de l’article résume bien ce religieux du XIXème siècle au parcours varié, un professeur et éducateur encourageant et travailleur. Il est encore aujourd’hui un modèle pour les jeunes, à la fois modeste, cordial et simple. Béatifié peu après sa mort, en 1887, son procès de canonisation est en cours aujourd’hui. Tous les ans a lieu à Landroff un pèlerinage sur les pas du Bienheureux Frère Arnould.

  

Nous avons été chaleureusement été accueillis par les paroissiens de Landroff, avec qui nous avons célébré la messe. L’abbé Emmanuel Ecker, prêtre accompagnateur du SDEJ, a insisté dans son homélie sur notre mission auprès des jeunes, à l’instar des figures de sainteté de la journée. Il s’agit de les conduire à la suite du Christ, de favoriser dans leur vie chrétienne un équilibre entre la grâce divine et le degré d’ouverture de leur cœur, afin qu’ils suivent fidèlement le Christ. Favoriser cette communion des jeunes avec Dieu, en étant nous-même des chrétiens engagés et joyeux, c’est montrer aux jeunes la sincérité de notre engagement dans l’Eglise.

Après la bénédiction de nos médailles souvenir, nous sommes retournés entre les averses jusqu’à la Mutche pour découvrir une figure de la spiritualité salésienne, Mme Caroline Carré de Malberg. Femme de militaire, originaire de Lorry-lès-Metz, elle fonda avec l’abbé Chaumont les Filles de saint François de Sales. Mère de quatre enfants décédés de son vivant, Caroline Carré de Malberg a toujours œuvré en faveur de l’amour de Dieu dans son foyer, malgré les épreuves. Déclarée Vénérable, son procès de béatification est en cours.

Cette journée a été l’occasion de mettre en commun nos initiatives propres à chaque lieu et groupe du diocèse, freinées par la crise sanitaire mais toujours dans l’espérance, à l’exemple de ses deux figures inspirantes.

Aurélie DURAND