Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Sainte-Jeanne Jugan du Désiremont

Message de Pâques de Monseigneur Philippe BALLOT

Lorsque quelqu’un est mort, nous le constatons. On en observe les signes concrets: la respiration qui s’arrête, le corps qui est froid, la mort cérébrale etc. Il en est de même pour la vie. La personne est morte ou elle est vivante. Mais le moment précis de la mort, qui peut l’appréhender ? Le définir ? Qui peut le maîtriser ? Personne ! Et personne ne peut avoir cette prétention. La mort interroge toujours. Tout geste qui aurait pour but de la donner est un acte odieux et inhumain. « Tu ne tueras pas » reste un commandement fondateur, en toutes circonstances, même si certains y sont contraints en temps de guerre pour se défendre, ou dans une situation de légitime défense quand il n’a pas un autre moyen pour se défendre.

Le suicide pose aussi question. Il laisse toujours des cicatrices dans la vie de ceux qui étaient proches de la personne qui s’est donnée la mort. Chacun se demande alors s’il aurait pu faire quelque chose pour éviter ce geste. Pourrait-on le demander, voire l’exiger de personnes dont le travail est de soigner alors que, lorsque le Covid 19 s’est répandu, tout a été fait pour éviter des morts? La mort reste une énigme. Il n’appartient à personne de décider le moment où elle intervient. Celui-ci, unique, doit nous échapper. Accompagner la personne jusqu’à la fin de sa vie est l’honneur de ses proches, de nos soignants et de la société. « Aimer quelqu’un n’est-ce pas lui dire implicitement : Toi tu ne mourras pas ? » écrivait le philosophe, existentialiste, Gabriel Marcel. Etonnante affirmation qui lie l’amour et la mort !

La résurrection du Christ ne donne-t-elle pas raison à cette affirmation ?  N’est-ce pas la victoire de l’Amour sur la mort ? Accompagner la vie jusqu’au bout, ne préparerait-elle pas à cette victoire ? A une autre dimension de la vie ? Nous nous posons cette question lorsque nous sommes devant la fin de la vie d’autrui. Quand les disciples ont vu Jésus mort, ils savaient, comme ceux qui l’avaient condamné, que tout était fini. Et ils s’en remettaient à Dieu. Mais lorsque le tombeau est découvert vide, que le corps de Jésus est introuvable, la question de sa mort se pose alors avec une acuité toute nouvelle. Lorsque le Christ se fera reconnaître, toujours vivant, les témoins pourront comprendre que la mort n’est pas une fin. Elle sera perçue comme un passage vers la Vie engendrée par l’amour, rejoignant ce que Jésus avait dit : « la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent Toi le seul vrai Dieu et celui que tu as envoyé Jésus-Christ » (Jean 17,3).

La rencontre du Christ ressuscité transformera la vie des premiers disciples et celle des premiers chrétiens, au point qu’ils seront capables de ne pas avoir peur de mourir et de vivre la mort comme l’accomplissement de leur vie puisque la Vie éternelle est déjà là. C’est le message que je souhaite partager, à l’approche de la fête de Pâques, à tous ceux et celles qui se questionnent aujourd’hui et que l’on invite à se questionner sur la fin de vie. Que la mort demeure pour tous un mystère à accueillir ! Ne le réduisons pas à un problème à résoudre ! Que jamais nous n’ayons le droit de la donner même si elle est demandée ! Que jamais elle n’apparaisse comme une manière d’aimer ! Aimer quelqu’un ce n’est jamais lui dire : « je peux te tuer » ou « je peux te tuer si tu le veux ». Que la résurrection du Christ, Victoire de l’Amour sur la mort, transfigure aujourd’hui nos vies ! La Vie Eternelle les habite. « Aimer quelqu’un c’est vraiment lui dire: Toi, tu ne mourras pas »

X S. E . Philippe BALLOT

Archevêque- évêque de Metz


Abbé Loïc BONISOLI
Curé
10 rue des Sinsignottes
57070 METZ-Bellecroix
03.87.74.23.10
loic.bonisoli@orange.fr

Archiprêtré de Metz-Queuleu

Notre communauté de paroisses fait partie de l’archiprêtré de « Metz-Queuleu» (conformément au nouveau projet pastoral de réorganisation diocésaine). Ainsi nous sommes en collaboration avec les communautés de paroisses de Queuleu-Plantières, et de Borny et villages.

 

 

 

 

 

Abbé Philippe BOISSÉ
Archiprêtre
47 rue des Trois Evêchés
57070 METZ
03.87.65.71.03

Abbé Loïc BONISOLI
Définiteur de l’archiprêtré
Curé de la communauté de paroisses

Animatrices Laïques en Pastorale (A.L.P.)

Elles ont une mission spécifique, donnée par l’évêque, afin d’aider les prêtres dans leurs missions et d’être au service des communautés ; elles aident à la mise en place et la réflexion de projets pour la communauté de paroisses et l’archiprêtré.

 

 

 

 

 

Élisabeth DURIEZ
Pastorale de l’enfance et de la préparation aux sacrements

13 square Bellevue
57070 SAINT-JULIEN-LÈS-METZ
06 73 51 65 82
duriez.elisabethetlionel@neuf.fr

 

 

 

 

 

Sœur Catherine STREB
Pastorale auprès des établissements de santé
18 rue Maurice Barrès
57000 METZ
06 83 26 94 58
streb.catherine@gmail.com 

Les permanences

Presbytère de Saint-Julien

Contact :
03 87 74 00 17
saintjulien57070@gmail.com

Horaires :
– Le mardi de 17h à 18h

Presbytère de Vallières

Contact :
03 87 36 02 60
paroisse.ste.lucie@free.fr

Horaires :

– Le mercredi de 17h à 18h

 

Presbytère de Bellecroix

Contact :
03 87 74 23 10
paroisse.st.francois.57@orange.fr

Horaires :

– Le jeudi de 15h à 17h

 

Liens à découvrir

Les Petites Soeurs des Pauvres

Une communauté présente sur notre paroisse :

Rue Jeanne Jugan – 57070 METZ-Bellecroix

Metz

Partager