Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

ALLER DE L’AVENT

Voilà presque 3 mois que la rentrée scolaire a eu lieu : même si tous ne rentrent pas à l’école, ce moment reste néanmoins important et structurant dans nos foyers, nos engagements associatifs, notre communauté paroissiale et notre société tout entière. Est-on pour autant délivré de cette course au temps et de cette fébrilité qui caractérise cette période ? Pas du tout, au contraire.

Le COVID et ses restrictions s’éloignent, bien que nous continuions à « faire avec », avec parfois un peu d’inquiétude. La course au carburant dans des stations prises d’assaut nous rappelle notre dépendance énergétique et économique. L’actualité lourde avec les conflits, les déclarations de l’Eglise sur les abus, nous rendent toujours un peu plus inquiets. Nos agendas – papier ou électroniques – avec des échéances à ne pas oublier (payer nos impôts, rencontrer les professeurs, assister à un concert, emmener un enfant à son entrainement, recevoir un artisan pour des travaux à venir,…) nous disent combien nos vies sont « remplies ».

Et pourtant, notre vie ne se résume pas à une succession de devoirs ou d’événements. Sans faire de mauvais jeux de mots, il y a « urgence » à prendre le temps : pour déceler ce qui est important pour notre équilibre et celui de nos proches. Aussi pour rencontrer l’autre, au-delà d’un simple « bonjour » (mais c’est déjà bien !), pour relire ce que l’on a vécu et en tirer des enseignements. Et pourquoi ne pas prendre le temps pour un dialogue avec Dieu ?

Cela peut prendre différentes formes :  rendre visite à une voisine âgée et seule, aider un proche malade ou diminué physiquement ou moralement, se rendre disponible pour un temps d’échange avec d’autres paroissiens (connaissez-vous les cafés paroissiaux ?), lire l’évangile du dimanche dans la semaine, et même passer des moments simples avec nos ados, à table ou ailleurs, pour s’intéresser à ce qu’ils vivent au quotidien (en évitant la question : « tu as eu des notes aujourd’hui ? »)

Avec l’Avent, l’Eglise nous apporte sur un plateau ce temps long (4 semaines) pour nous mettre à l’écoute, nous convertir (même si nous sommes croyants, il y a toujours matière à se convertir !), se mettre en chemin, se laisser surprendre par Jésus qui se fait pauvre et démuni parmi les pauvres. Nous pouvons, seul ou en famille, en Eglise, entre amis, se poser la question de notre rapport au temps : Noël, course aux cadeaux ou temps pour se réconcilier avec soi, les autres et Dieu ? Noël, stress de ne pouvoir offrir un cadeau à tous (avec le coût de la vie qui augmente) ou temps pour mieux rencontrer l’autre ? Noël, liste des courses pour le repas de famille ou occasion pour partager entre tous les plats à préparer, dans la simplicité ?

Nous pouvons nous souhaiter de vivre ce temps de l’Avent avec curiosité (qu’est que Dieu a fait pour moi cette semaine, que vais-je faire pour lui ?), avec Espérance (quels signes positifs dans le monde et dans l’Eglise quand l’actualité n’est pas très rose?) et Charité (Comment puis-je me libérer de ce qui m’encombre ?).

BON TEMPS DE L’AVENT

La famille DURIEZ