Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Dimanche 26 mai – Fête de la Trinité

Commentaire de l’évangile du jour : « Baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28, 16-20)

Voilà les dernières paroles de Jésus avant de monter au ciel, selon l’évangile de St Matthieu. Et ces paroles sont des mots d’envoi : « Allez ! » Un petit verbe qui est au centre de ce que doivent vivre les disciples. C’est lui Jésus, venu sur Terre, qui désormais nous envoie… Lui qui n’est pas resté avec son Père, au Ciel, comme le rappelle St Paul dans l’épitre aux Philippiens, n’a pas retenu « jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes » (Phil 2, 6-7), nous invite à ne pas rester là où nous en sommes, mais à partir, à aller l’annoncer…

Cette annonce passe par le baptême, qui est l’union avec le Dieu d’amour, car en même temps que nous entrons dans cette relation filiale avec lui, nous devons désormais observer tout ce que Jésus nous a enseigné, et qui se résume en un commandement, celui de l’amour… Annoncer, sanctifier et aimer, un cercle, ou plutôt trois aspect d’une même mission, celle que nous avons pour nous approcher de Dieu. Une mission que l’on résume par trois fonctions, énoncées lors du baptême, et rapportées à Jésus : Prophète, prêtre et roi !

Et tout cela se fait « au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit ». Je termine par cette mention de la Trinité, qui n’apparait jamais énoncées de la même manière dans aucun évangile avant la résurrection de Jésus. Avec un écueil, c’est qu’il nous faut partir de l’unité de Dieu, d’un Dieu unique, pour la comprendre. Il est plus juste aujourd’hui, avec la notion de « personne » se rapprochant d’ « individu », de parler d’abord d’un Dieu unique pour ne pas faire d’impair**.

En fait, en Dieu, tout est multiple, car l ‘amour ne se contient pas. Et donc il faudrait pour expliquer la Trinité faire un peu de maths. Plutôt que l’équitation 1+1+1=1, on pourrait imaginer : 1x1x1x=1 ! Un Dieu qui est à la fois (et pas en plus) Père, Fils et Saint-Esprit… Un Dieu qui nous aime d’un amour multiple, comme il l’est lui même dans son unicité…

** Il faudrait en effet comprendre, selon le dogme défini lors du concile de Nicée, et approfondi à Constantinople, que parler de 3 personnes ce n’est pas envisager trois individus, mais plutôt trois personnes « morales » indépendantes. Car la trinité est avant tout relation interpersonnelle. Parler de personnes, c’est parler de relation avant tout.  Il nous faut donc concevoir Un seul Dieu en trois « individualités », ou plus justement, en 3 hypostases (le terme même du concile, en grec)… J’ai conscience de flirter avec l’hérésie en écrivant cela (on le fait dès qu’on parle de la Trinité de toute façon !), mais laisser croire que la notion de personnes est aujourd’hui la même qu’à l’époque où ces termes ont été utilisées est tout aussi faux… Dieu est Un, avant tout, même ou plutôt parce qu’il n’est que relation, et se révèle à nous à travers sa « personnification », sa « révélation » en son Fils, qui est habité par l’Esprit Saint qu’il nous envoie (Je ne suis pas sûr d’être plus clair). Parler au Fils, c’est parler aussi par lui au Père; laisser l’Esprit s’exprimer en nous, c’est laisser Jésus nous parler pour nous dire ce que le Père attend de nous…

 

 

Partager