Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Lundi 4 décembre

Commentaire de l‘évangile : « Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place au festin du royaume des Cieux » (Mt 8, 5-11)

Bouleversé par la souffrance de son serviteur, cet officier romain force l’admiration de Jésus. Assurément,  le soldat, qui interpelle Jésus en disant «  Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit, mais dis seulement une parole et mon serviteur sera guéri« , fait confiance à Jésus pour une guérison sans contact, car il compte avant tout sur la parole du Seigneur. Mieux, en reconnaissant son indignité, il privilégie la visite du Seigneur dans son cœur plutôt que dans sa demeure. Dans sa démarche, le centurion respecte un ordre de progression, tout en faisant preuve de bon sens. Comment ressentir la joie d’accueillir chez soi un invité sans l’avoir préalablement reçu dans son cœur ?

La foi de cet officier force l’admiration à tel point que ses paroles sont reformulées à la messe avant la communion. « Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri « . En prononçant ces paroles, chacun de nous empreinte les mots d’un homme pétri de foi et d’humilité. C’est évidemment ce que Dieu attend de nous. Ainsi, « Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du royaume des Cieux ».

Comment la confiance a-t-elle pu s’enraciner chez cet homme ? En conjuguant une foi intangible et une démarche d’introspection dans l’exercice de son métier. « Moi qui suis soumis à une autorité, j’ai des soldats sous mes ordres. » Exerçant un pouvoir sur ses subordonnés, l’officier s’est lui-même soumis à une autorité supérieure. Si donc le soldat subordonné a le pouvoir de donner des ordres, combien plus pourra faire le Seigneur de qui dépendent toutes les puissances !

Hugues Duwig

Partager