Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Samedi 3 septembre

Commentaire de l’évangile du jour: « Pourquoi faites-vous ce qui n’est pas permis le jour du sabbat ? » (Lc 6, 1-5)

En cette période de rentrée où nous sommes nombreux à avoir l’esprit bien occupé de mille soucis, désirs, projets et résolutions pour l’année à venir, les textes nous invitent à nous arrêter pour réfléchir à la place du Christ dans nos vies. Vient-il vraiment en premier ? Est-il vraiment le maître du sabbat, au sens où il est Premier par rapport à nos pratiques, habitudes, façon de vivre notre foi ?

Les pharisiens tendent un piège à Jésus en demandant aux disciples pourquoi ils transgressent les prescriptions du sabbat – ils cueillent des épis pour les manger. Jésus leur répond sur le même terrain : « N’avez-vous pas lu ce que fit David un jour qu’il avait faim ? (…) Il entra dans la maison de Dieu, prit les pains de l’offrande, en mangea et en donna à ceux qui l’accompagnaient. » Jésus nous fait comprendre que tout vient de Dieu, les épis, le pain de l’offrande, et Saint Paul le rappelle avec force : « As-tu quelque chose sans l’avoir reçu ? ». Tout nous a été donné, depuis la Création, la Nature qui nous entoure, et la vie qui nous anime jusqu’à la Parole de Dieu transmise par les Apôtres et disponible comme une eau pure à chaque instant de notre vie. Et tout est pour Dieu, le sabbat, nos efforts et nos souffrances, l’acceptation de nos vulnérabiités, dépuillement, insultes et calomnies, à l’image de ce qu’endura Paul et les Apôtres. Mais aussi nos joies et nos réussites. Alpha et Oméga.

 Marcher à la suite du Christ nous demande, de temps en temps, de réfléchir au sens de nos actions, à la manière dont nous orientons notre vie, et de remettre nos priorités en ordre.  Les destinataires corinthiens de la Lettre de Saint Paul sont invités à ne pas se gonfler d’orgeuil en prenant le parti de l’un contre l’autre, ce qui ajouterait de la division entre eux aussi. Ils sont invités à se rappeler le privilège royal d’être enfant de Dieu, sans oublier pour autant de prendre aussi leur part et de préférer l’exemple de Saint Paul, leur unique père à qui ils doivent l’annonce de l’Evangile, à celui de dix mille guides. En ce temps de rentrée, que Jésus puisse nous guider dans nos choix, et nous donner la grâce de toujours Lui donner la première place dans notre vie.

Elisabeth Seyve