Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

mardi 12 octobre

Commentaire de l’évangile du jour : « Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous » (Lc 11,37-41)

Nous poursuivons la lecture du chapitre 11 de l’évangile de saint Luc. Jésus livre à ses auditeurs de précieux conseils de direction spirituelle. Véritablement, il balise pour nous le chemin qui mène au Royaume de Dieu. Au programme, aujourd’hui, la question des ablutions rituelles des Juifs avant les repas et la purification qui en découle. Par exemple, l’usage était et demeure de se laver les mains avant le repas, en accomplissant un geste particulier et en prononçant une bénédiction. Cette action spirituelle peut se rapprocher du lavement des mains du prêtre avant la consécration des offrandes au cours de la messe. De nombreux autres rites régissent la préparation des repas : interdit de certains aliments, utilisation de récipients différents selon les denrées cuisinées, associations d’aliments impossibles… Tous ces rites trouvent leur origine dans certains passages de la Torah, principalement dans le Lévitique. Ils ont une signification sur le plan spirituel et participent à la communion du fidèle avec Dieu. La question des ustensiles de cuisine, de leur usage, de leur nettoyage n’est pas du tout anodine : il ne s’agit pas de faire des mélanges interdits.

Lorsque Jésus s’exclame « Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ? » il nous renvoie à notre dernière expérience de vaisselle : en effet, nous commençons par l’intérieur des plats (ce qui est le plus sale, ce qui nécessite le plus d’application), puis nous lavons l’extérieur du plat (plutôt rapidement). Ainsi, la comparaison établie pas Jésus porte sur trois points : le plat, c’est l’homme ; l’extérieur du plat, ce sont les pratiques extérieures (lavage de mains) ; l’intérieur du plat, c’est notre âme, notre cœur. Chacun comprend immédiatement l’inutilité d’un plat bien astiqué extérieurement mais dans lequel demeurent des résidus alimentaires : personne n’a envie de s’en servir. Il en va de même avec nous autres, pauvres hommes.

Comment, en pratiquant habituel du nécessaire art de la vaisselle, pouvons-nous laver notre plat, c’est-à-dire nous purifier ? La voie indiquée ici par Jésus est celle de l’aumône : « Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous ». Retroussons nos manches, enfilons des gants si nécessaire, et attelons-nous à la grande vaisselle spirituelle de notre âme si précieuse aux yeux du Seigneur, en pratiquant l’aumône auprès de nos frères démunis !

Marie Julie Leheup