Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Mardi 5 octobre

Méditation de l’évangile du jour : « Une femme nommée Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part » (Lc 10, 38-42)

Aujourd’hui, le texte nous parle de « Marthe et Marie ». On dirait presque « Marthe contre Marie » : on compare les deux sœurs, on compatit avec Marthe et on sait que Marie gagne à la fin. Il y a d’autres compétitions dans les Évangiles. Un frère a la même revendication de justice et d’égalité que Marthe : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage ! » (Luc 12, 13).

Mais Jésus refuse. Le passage d’aujourd’hui est juste après la parabole du bon Samaritain (Luc 10, 29-37) : Marthe, comme le prêtre et le lévite, ne sait pas s’occuper de celui qui a besoin d’elle.

Le texte nous parle surtout de Marthe. Nous ne connaissons pas le point de vue de Marie, nous savons seulement qu’elle se tient « assise » et qu’elle « écoute ». Mais nous voyons Marthe souffrir : elle est « accaparée », « s’inquiète », « s’agite ». Elle est malpolie puisqu’elle va jusqu’à interrompre Jésus, son invité. Jésus ne le lui reproche pas. Il ne lui rappelle pas qu’il est son hôte. Mais en faisant fi des querelles et des comparaisons, Jésus l’invite, et nous invite, à changer notre regard sur nous-mêmes.

Marthe « reçoit » Jésus dans sa maison. Quelle chance ! Jésus, pleinement homme, a eu de vrais amis – et parmi eux, nous le savons, Marthe, Marie et leur frère Lazare. Pourtant Marthe, prise par le stress de son service (préparer les plats, servir, desservir, laver, ranger), oublie le sens de ce qu’elle fait. Elle oublie la joie de son service.

Et nous, combien de fois sommes nous accaparés par notre service – de prêtre, de paroissien, de père de famille, de fille devant s’occuper de ses vieux parents ? Nous nous inquiétons, nous nous agitons. Nous courrons de réunions en réunions, ou nous enchaînons les lessives. Personnellement, si je n’ai pas commencé ma journée par mes 15 minutes de prière, j’ai bien du mal à trouver du temps pour Dieu le reste de la journée, car tout me semble plus urgent.

Or notre vocation ultime, c’est bien celle de Marie : rester « aux pieds du Seigneur » pour l’éternité. Cette « meilleure part » ne nous « sera pas enlevée » : sachons en profiter !

Quant à la part de Marthe, elle est bonne – elle est très bonne elle aussi. Quelle chance d’avoir des frères et sœurs que nous pouvons inviter, choyer, nourrir, consoler ! Sachons rendre grâce pour le service que le Seigneur lui-même nous a confié.

Clotilde et Léonard Dauphant