Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Samedi 19 juin

Commentaire de l’évangile du jour: « Ne vous faites pas de souci pour demain » (Mt 6, 24-34)

Les publicités sur les établissements bancaires ou sur les compagnies d’assurances que l’on retrouve dans les journaux ou que l’on croise dans les rues nous invitent systématiquement à la prévoyance, à placer notre argent, à protéger notre famille, à anticiper notre avenir, notre retraite, nos vieux jours en capitalisant, en amassant de l’argent.

Et c’est ce que l’on fait. Rien qu’à voir pendant cette longue période de confinement toutes les sommes qui ont été épargnées par les français dans une peur effrénée du lendemain.

La réalité d’aujourd’hui c’est que l’inquiétude du lendemain nous rend dépendants de l’argent.

Et dans l’Evangile de ce jour, Jésus nous dit tout le contraire en clamant par quatre fois : « ne vous faites pas de soucis ». Est-que Jésus est vraiment sérieux en martelant ce message ? Comment recommander à un père de famille chômeur de ne pas se soucier du lendemain ? Est-ce que l’on peut donner aux parents l’exemple des oiseaux ou des lys pas pour ne pas faire de provisions, pour ne pas préparer le repas ou ne pas prévoir les vêtements de leur enfants ?

La réponse de Jésus est cachée dans un mot qui s’appelle la « providence ». La providence plutôt que la prévoyance.  La providence, ce n’est pas compliqué, c’est un des noms de Dieu qui s’intéresse à l’homme.

Les paroles de ce jour sont des paroles de vie et elles sont encore plus vivifiantes et apaisantes en nos jours où nous déployons sur toute notre planète tant d’efforts pour assurer la maîtrise de notre vie.

Le premier commandement de Dieu c’est tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de toute ta force, de tout ton esprit. Cela dit bien ce que ça veut dire ; Dieu doit être en premier dans la vie du chrétien. Cela implique de vivre avec lui, donc de lui faire confiance  en tout et pour tout. Il sait ce dont nous avons besoin.

Cependant cela ne signifie pas une démission de nos responsabilités ni de la prise en charge de notre propre vie. Si Dieu nous a donné une intelligence c’est pour nous en servir, si Dieu nous a donné un corps c’est pour nous en servir. Nous avons à construire notre vie, mais à la construire avec Dieu, en Dieu.

Par ce texte, Dieu nous exhorte ainsi à ne pas nous inquiéter mais à faire confiance en lui et en sa divine providence. C’est Dieu qui nous a donné la vie, qui sait ce dont nous avons besoin, qui nous offre tout ce qui nous fait vivre. Alors arrêtons de vivre dans le stress, de spéculer, de nous crisper ou nous agripper à toute chose que l’on voudrait stocker comme un trésor, à chercher à conquérir toujours plus. Cessons de vouloir tout contrôler, tout maîtriser.

Cherchons d’abord le royaume de Dieu et sa justice. Cherchons chaque jour à nous ajuster dans ce royaume.

Cessons de nous inquiéter et faisons confiance en Jésus et en ses paroles. Il saura nous donner ce que nous avons besoin chaque jour pour avancer vers son Père et vers nos frères. N’est-ce pas ce que nous lui demandons chaque jour en lui disant «  Donne-nous notre pain de ce jour » ?

Claude Thiébaut.