Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Suite au rapport de la CIASE

Le mardi 5 octobre restera gravé dans la mémoire de l’Église en France, par la déflagration que la remise du rapport de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Eglise) a provoquée. Devant de tels chiffres, le silence est de mise.

D’ailleurs, devant n’importe quel chiffre, le silence est de mise, car une vie blessée, une vie frappée par l’abus d’un clerc, religieux, laïc, dans le cadre de l’institution et de sa mission est un abus de trop ! On pourra relativiser les chiffres, les minorer ou les extrapoler, les comparer à ce qui se passe ailleurs, les reléguer dans le passé, chaque cas est dramatique pour la personne concernée, chaque cas est de trop.

Face à ces cas, le silence est premier, ainsi que la prière, la compassion, la demande de pardon. Oui, c’est dans le cadre de l’Eglise, par ses ministres, par des laïcs engagés, que ces agressions ont eu lieu. Il nous faut donc nous taire, face au brouhaha médiatique, face aux demandes des uns et des autres, pour accueillir ce qui s’est passé. Il nous faut, si nous le pouvons, (mais ne faut-il pas même se forcer ?) lire les témoignages des victimes. Il nous faut lire les recommandations de la CIASE, il nous faut réfléchir, penser.

Je suis désolé pour ceux qui voudraient que l’on réagisse de suite, mais par pitié, ne pansons pas la plaie. Elle est béante, c’est l’occasion de procéder à une véritable opération chirurgicale. Pour faire sortir tout de qui est encore enfoui. Pour permettre à celles et ceux qui ont peur de prendre la parole, pour autant qu’elle soit libératrice et permette un chemin de guérison.

J’invite toutes les personnes concernées à prendre la parole, sans chasse aux sorcières, mais en continuant de faire confiance aux institutions. Dans le diocèse, un bureau de signalement existe, ainsi qu’une cellule d’écoute, joignable à l’évêché de Metz, 15 place Ste Glossinde, 57000 Metz, au ou 03.87.74.76.41, ou bureaudesignalement@catholique-metz.fr et celluleecoute@catholique-metz.fr. Il nous faut, tous, si nous sommes témoins ou victimes, oser prendre la parole afin de guérir, afin d’aider l’Eglise.

Alors, sérieusement, nous pourrons travailler, nous pourrons agir pour que l’impensable n’arrive plus. Des pistes ont été données dans les recommandations de la commission Sauvé. D’autres seront certainement à étudier. Le travail sera long, mais le chemin à parcourir sera ce passage, cette traversée par la croix, pour arriver à la résurrection.

Oui, il nous faut faire silence, prier, et commencer par écouter le cri des victimes… « En toi, Seigneur, j’ai mon refuge ; garde-moi d’être humilié pour toujours. Dans ta justice, libère-moi ; écoute, et viens me délivrer. Sois le rocher qui m’abrite, la maison fortifiée qui me sauve ». (Ps 30, 2-3)

Stéphane Jourdain