Méditation du jour : jeudi 21 mai

Evangile du jour : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples… Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.» (Mt 28, 19- 20)

Voilà une parole réconfortante et rassurante pour les premiers chrétiens qui, suite au départ de leur Maître et Seigneur, risquaient de sombrer dans le découragement et le désespoir. Les disciples avaient au cœur la douleur que nous ressentons lorsque nous perdons un parent ou un proche qui nous est cher. Une telle douleur vient du fait que désormais nous ne le verrons pas, nous ne pourrons pas partager avec lui de bons moments et des situations, ici-bas, tel que nous le faisions avant. Jésus, Dieu et homme parmi les hommes, a ressenti les mêmes douleurs et il a pleuré suite au décès de son ami Lazard (Cf. Jn 11, 35). Notons au passage que le verset 35 du chapitre 11 de l’Evangile de Jésus Christ rapporté par Saint Jean est le verset le plus court de la Bible. Mais ce verset en dit long sur l’amour et l’affection que le Seigneur a pour tout être humain, au point qu’il accepté mourir pour donner la vie à ce dernier (Cf. Jn 15, 13).

Revenons à l’événement que nous célébrons pour souligner que l’Ascension du Seigneur Jésus, loin de mettre fin à sa proximité avec ses premiers disciples, de même qu’avec nous aujourd’hui, est un « changement de paramètres » de son existence. En effet, « ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus. Il est vivant à jamais », dira Saint Paul (Cf. Rm 6, 9). Jésus lui-même l’a notifié à ses disciples qu’il envoya en mission dans le monde : « je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Cf. Mt 28, 20). Certes, il est évident qu’après cette élévation du Seigneur au Ciel ses disciples ne le verront pas physiquement et ne pourront pas le toucher sur cette terre ; mais, cela ne veut pas dire qu’il est absent dans le quotidien de leur vie.

Bien que discrète, cette nouvelle présence du Seigneur est désormais remarquable à travers l’action de l’Esprit Saint qui agit dans l’Eglise, son Corps mystique dont nous sommes les membres. C’est ce Paraclet qui prend, en quelque sorte, le relai pour nous guider, nous conduire dans l’accomplissement de la mission que le Fils, à la suite du Père, nous a confiée dans le monde. (Cf. Jn 20, 21)

Durant la neuvaine à Pentecôte que nous allons entamer ce soir, puissions-nous nous rendre dociles à la grâce que l’Apôtre Paul implore pour nous dans la deuxième lecture de ce jour : « Que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, nous donne un Esprit de sagesse, qu’il ouvre à sa lumière les yeux de nous cœurs pour que nous prenions conscience de la puissance incomparable qu’il déploie en nous : l’énergie, la force, la vigueur en œuvre dans le Christ » en qui nous sommes configurés.

En tant que membres de l’Eglise, Corps mystique du Christ, nous sommes donc appelés à œuvrer pour l’accomplissement total de l’œuvre entreprise par le Seigneur dans le monde. Que l’Esprit Saint nous arme du courage et de persévérance afin que nous puissions surmonter tous les obstacles qui jalonnent notre mission de témoins du Ressuscité et de la Vie éternelle.

En ce temps particulièrement éprouvant de la crise sanitaire de Covid-19, invoquons l’assistance de ce Défenseur sur tous les malades, les personnes frappées par le deuil, les personnels soignants, les autorités politiques… bref sur toutes les personnes qui sont en quête de solutions pour sauver des vies, et pour un mieux-être de l’humanité.

Union de prière les uns pour les autres.

Abbé Dieudonné Talakaena