« Si tu savais le don de Dieu » (Jn 4, 10)

Cet épisode de Jésus et de la Samaritaine peut nous interpeller : Jésus est toujours celui qui vient bousculer les traditions et les habitudes. En effet, les Juifs n’adressaient pas la parole aux Samaritains, et encore moins à une femme samaritaine. Et pourtant, Jésus lui demande à boire. Qui plus est, devant la réaction de cette dernière, il ouvre une interrogation fondamentale en lui disant : « Si tu connaissais le don de Dieu et celui qui te dit « donne-moi à boire », c’est toi qui aurais demandé et il t’aurait donné de l’eau vive… Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; au contraire, l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source jaillissant en vie éternelle. »

Nous allons entrer prochainement dans notre marche vers Pâques. Le diocèse cette année propose un livret de carême dont le titre est précisément celui de cet édito. Devant les paroles de Jésus à la Samaritaine se posent des questions essentielles que nous pourrions partager en petites équipes, avec le support proposé, comme par exemple : Qu’est le don de Dieu ? En quoi suis-je concerné par la vie éternelle ? Comment je me retrouve comme chrétien dans une société qui aurait peut-être tendance à étouffer le bon grain ? A quoi ça sert d’être chrétien aujourd’hui ? Etc.

Jésus lui-même, avant de commencer sa mission, s’est retiré pendant quarante jours au désert.

Et si Pâques devenait un nouveau départ, après s’être donné ce temps de carême à venir pour mieux découvrir cet extraordinaire Amour de Dieu pour chaque personne, ce cadeau qu’Il nous fait au quotidien, parce que Lui est toujours présent dans notre vie.

Osons le pari de sortir de chez nous pour une rencontre hebdomadaire pendant cinq semaines en entrant dans une équipe de carême. Peut-être alors Pâques sera l’occasion d’un nouveau départ !

 

Gérard Kintzig