Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

Une semaine sainte particulière

Le dimanche des rameaux, l’Église et les chrétiens entrent dans la semaine sainte, dernière étape du carême avant Pâques. Dernière ligne droite pour les efforts consentis durant 40 jours. Avec enfin, en vue, le moment de célébrer la résurrection du Christ. Mais avant cela, il nous faut passer, avec Jésus Christ, à sa suite, par la passion, par la croix et par le dénuement qu’elle implique.

Cette semaine sainte cristallise toute l’expérience chrétienne, car elle nous rappelle le but ultime de la venue de Jésus sur terre : ouvrir les portes du royaume de Dieu aux hommes. Elle nous invite donc à un au-delà de notre condition terrestre.

Pourtant, cette année, même si nous entendrons Jésus nous dire ce vendredi saint que son royaume n’est pas de ce monde, les élections présidentielles vont nous rappeler à notre humanité et à nos devoirs citoyens : ceux de discerner, de choisir, de mettre les mains dans le terreau de notre existence. Comme Jésus qui est devenu homme, mais sans perdre de vue le but se sa mission, ce royaume qu’il vient nous offrir.

L’occasion peut-être pour nous, catholiques, de porter dans notre prière tout ce que notre humanité vit aujourd’hui, ses grands défis et ses crises : les guerres, la question écologique, le respect des personnes et la solidarité qui sont toujours à parfaire… La liste est longue. Mais en venant sur terre, en portant sa croix, Jésus n’a pas fait qu’un chemin spirituel, il a partagé notre condition humaine, avec ses problèmes et ses questions. En observant Judas, nous voyons la capacité humaine à trahir ceux qu’on aime ; en regardant Pierre, Jésus a démasqué nos manques de courage et nos démissions ; en portant la croix, il a senti le poids du bois et de nos péchés. Comment oserions-nous, dès lors, nous abstraire de cette vie, de ses responsabilités ?

Vivre la semaine sainte à la suite de Jésus, c’est entrer de plain-pied dans notre vie quotidienne, avec ses joies et ses défis, avec ses échecs et ses lourdeurs. Mais c’est surtout garder la tête tournée vers le but, vers Pâques et la résurrection, pour vivre de cette vie nouvelle que Dieu nous propose.

Bonne route, bonne montée vers Pâques, et belle fête à toutes et à tous.

Stéphane Jourdain