Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

« Que votre charité soit vive »

Mon engagement en faveur de Ziendi est d’abord de l’ordre de la charité universelle. Loin de moi que de penser à la lettre de St Jacques qui affirme que c’est par les œuvres que l’on montre sa foi… Mais les œuvres réalisées sans amour sont de simples actes humanitaires (même si c’est déjà ça !).

Ma foi au Christ donne une tout autre lumière à mon engagement ! Lors de mes trois séjours à Ziendi, en République Centrafricaine, j’ai pu constater combien les Africains étaient démunis de tout. Pauvres parmi les pauvres ! Si l’on ne meurt pas de faim (la forêt est généreuse), on meurt de maladies. Entre autres, la maladie du sommeil causée par la mouche tsé-tsé et les ravages qui s’en suivent… La misère, le manque d’hygiène, les accouchements derrière la case…

Ziendi, c’est un autre monde et pourtant je suis frappée par la dignité des habitants de ce village, leur joie de vivre communicative…

Oui, chers paroissiens de St Joseph qui êtes à l’initiative du dispensaire, par votre engagement ou vos dons, vous avez eu raison de vous lancer dans une telle aventure ! C’est une grande chaîne de solidarité dans laquelle aidants et aidés ne se connaissent pas mais sont reliés par l’Amour fraternel.

Merci de nous faire confiance dans cette aventure et de nous soutenir. « Ce que vous avez fait au plus petit des miens, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25). Cette Parole de Jésus est notre fil conducteur…

Michèle Dauendorffer, présidente des Amis de Ziendi

L’association les Amis de Ziendi a été créée en 1987, au sein de la paroisse St Joseph, par la conférence St Vincent de Paul, pour venir au secours d’un secteur déshérité de République Centrafricaine, dans le diocèse de Berbérati, au Sud-Ouest du pays. Un dispensaire /maternité / petit hôpital y a été construit par des bénévoles montigniens. Inauguré en 1990, il dessert une douzaine de villages centrafricains et quelques villages camerounais. Depuis 31 ans, nous apportons un appui financier, géré sur place par un comité de villageois et par le personnel médical.