Comment être chrétien aujourd’hui dans ce monde…

 

J’ai envie tout d’abord d’énoncer une évidence : c’est vivre les promesses de notre baptême, branché sur le Christ. Mais encore ? Me direz-vous avec raison.

Je crois qu’il faut « faire simple ». C’est dans le quotidien de nos vies que cela se joue : accomplir notre devoir d’état, regarder l’autre avec bienveillance, être exigeant mais ne pas oublier l’indulgence pour les faiblesses humaines, être au service. Et ça peut être une vraie ascèse : manager un service et poser des exigences en terme de tâches à exécuter en prenant en compte les difficultés des uns et des autres, gérer les relations avec un supérieur hiérarchique ou des collègues de caractère difficile et refuser de les réduire à leurs arrière-pensées, essayer de travailler à un bien commun dans un contexte où c’est chacun pour soi. En famille, cela veut dire prendre en compte les désirs, la fatigue de chacun.

Nous ne pourrons le vivre jour après jour que si nous sommes en relation personnelle et communautaire avec le Christ, que si nous ancrons notre vie dans cet amour du Christ qui nous ouvre à l’amour de nos frères et réciproquement. Nourris et fortifiés par cet amour inépuisable, nous pourrons être présents au monde pour lui porter la Bonne Nouvelle. Ce monde qui est notre terre de mission, c’est notre environnement quotidien : famille, amis, collègues, voisins, tous ceux que nous croisons chaque jour et à qui nous pouvons offrir un sourire, un peu d’attention, le droit d’exister.

Récemment, lors d’un temps fort en mouvement, le conférencier nous disait : Nous voulons changer le monde. Même les plus puissants des hommes n’y sont pas parvenus. Interrogeons-nous plutôt sur notre zone d’influence directe. L’influence passe par les humains que nous choisissons d’être pour rendre les autres plus humains, avec humilité et parce que le Fils de Dieu s’est fait Homme et que l’Homme vaut la peine qu’on se donne pour lui.

Anne Mallassinet