Une Eglise de disciples-missionnaires : Projet pour une conversion pastorale et missionnaire de l’Eglise en Moselle

1/ Porter ensemble la mission du Christ

Le projet pastoral promulgué par Mgr Lagleize en juin 2018 est un appel à tous les catholiques de Moselle à devenir des disciples-missionnaires. Prêtres, diacres, consacrés, laïcs, sont appelés à faire vivre concrètement l’esprit de ce projet. La Parole de Dieu est pour nous tous un guide sur ce chemin et la source de toute œuvre missionnaire. Laissons résonner en nous les conseils donnés à Moïse par son beau-père Jethro : « Ta façon de faire n’est pas la bonne. Tu vas t’épuiser complétement ainsi que ce peuple qui est avec toi. La tâche est trop lourde pour toi, tu ne peux l’accomplir seul » (Ex 8, 22). Jethro conseille à Moïse d’appeler autour de lui des collaborateurs et de leur confier de véritables responsabilités : « Allège ta charge. Qu’ils la portent avec toi ! » (Ex 8, 17-18). C’est vrai pour chacun d’entre nous : seuls, nous ne pouvons porter la mission. Les clercs, mais aussi les laïcs engagés, ont besoin de s’entourer pour assumer leurs responsabilités.

Le projet pastoral dans lequel nous sommes engagés appelle tous les fidèles à porter leur part de la mission pour que nous devenions toujours plus une Eglise de disciples-missionnaires qui portent ensemble, dans la diversité des charismes et des dons, la mission confiée par le Christ à ses disciples. La lettre aux Ephésiens nous met face à une responsabilité commune : la mission du Christ à laquelle chaque membre de l’Eglise contribue : « Les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le Corps du Christ ». (Eph 4, 12-13). Par le Christ, « dans l’harmonie et la cohésion, tout le Corps poursuit sa croissance, grâce aux articulations qui le maintiennent, selon l’énergie qui est à la mesure de chaque membre » (Eph 4, 16). C’est le sens profond de ce projet qu’il nous faut garder à l’esprit.

2/ Vivre une conversion pastorale et missionnaire

Le projet pastoral, comme l’indique son sous-titre « projet pour une conversion pastorale et missionnaire », n’est pas d’abord une organisation administrative. Il pose un cadre de travail visant à orienter autrement nos énergies. Il nous invite d’abord à une attitude spirituelle : repartir du Christ, de Jésus mort et ressuscité, et désirer la communion. Le prêtre n’est pas le seul disciple-missionnaire : il nous faut relayer largement l’appel du Christ à le devenir. La conversion que nous avons à vivre est d’entrer dans une dynamique d’appel large : nous sommes souvent timides pour l’appel car nous projetons sur les autres leurs raisons de dire non, au lieu de discerner en eux les charismes qu’ils pourraient mettre au service de tous. La conversion pastorale signifie également faire des efforts pour faire grandir, tant chez les clercs que chez les laïcs, le désir de se former en permanence et d’élargir nos horizons pour voir ce qui se fait ailleurs et nous réjouir du travail de la Parole de Dieu dans le cœur des hommes et des femmes de Moselle. Nous avons à sortir de nos habitudes qui empêchent une véritable évangélisation, mais sans politique de la table rase : pour faire du nouveau, nous ne pouvons pas nous contenter de supprimer tout ce qu’on faisait comme si notre idée personnelle était meilleure. Mais nous avons d’abord à renouveler notre manière de partager aux autres, dans toute la pastorale la plus ordinaire, la joie du disciple et la joie de la mission qui sont intimement liées. Nous avons à retrouver dans notre ministère la dimension du peuple, du « tous ».  Pour que chacune puisse mettre ses charismes au service de l’Eglise, il nous faut entrer dans une dynamique missionnaire commune. Cela nécessite que les prêtres puissent s’entraider à vivre leur ministère de manière renouvelée dans le contexte actuel de l’Eglise et de la société. Mais au-delà du clergé, ce sont tous les fidèles qui sont invités à entrer dans ce nouvel esprit en convertissant leur regard et leurs pratiques pastorales, et en acceptant de porter ensemble la mission reçue du Christ.

3/ Se donner les moyens de la mise en œuvre concrète du projet

Il reste encore beaucoup de questions autour de la mise en œuvre concrète du projet pastoral et c’est normal ! L’organisation mise en place veut nous donner les moyens d’envisager pour aujourd’hui la mission de l’Eglise en un territoire. Un nouveau cadre pastoral nous est proposé :

  • des archiprêtrés petits et stables dans le temps qui encouragent une collaboration plus forte des acteurs pastoraux et permettent d’y développer une pastorale adaptée et durable.
  • des offices et missions mieux définis sur les archiprêtrés et plus en lien avec les services diocésains qui écoutent afin d’apporter les ressources nécessaires pour un travail pastoral renouvelé. Chaque archiprêtré se dote d’une Equipe d’Animation composée de prêtres, diacres et laïcs. L’archiprêtre en sera l’animateur pour mettre en œuvre les sept missions (ou offices) fondamentales définies pour l’ensemble du diocèse. Les sept missions prioritaires définies sont les suivantes : la pastorale de l’initiation chrétienne, la pastorale des jeunes et des vocations, la pastorale des familles, la diaconie, la pastorale de la santé et du handicap, la formation et le dialogue pour une plus grande ouverture au monde.
  • des responsabilités de proximité portées par les Personnes Relais qui favorisent la vie pastorale le plus localement possible dans chaque paroisse et par les Equipes de Coordination Pastorale qui soutiennent les curés dans leur tâche. Les personnes relais seront nommées par le curé pour assurer au plus près des paroisses une véritable présence d’Eglise, tant dans le domaine de la prière, que de la fraternité et du service. De plus, le curé s’entourera d’une Equipe de Coordination Pastorale afin de ne pas être seul dans l’exercice de sa charge pastorale.

 

Nous aurons à construire ensemble, dans ce nouveau cadre qui vient d’être posé, la vie de notre Eglise diocésaine afin de renouveler pour aujourd’hui encore son dynamisme missionnaire. Pour accompagner le diocèse dans cette démarche, une équipe entourera l’évêque auxiliaire dans sa mission de suivi du projet. Mgr Lagleize promulguera de manière définitive le projet lors de la clôture du jubilé diocésain pour les 800 ans de la cathédrale le 8 décembre 2020. D’ici là, de nombreuses adaptations des réalités diocésaines et de nouvelles modalités d’organisation matérielle et économique des communautés seront à décider et les premières expériences permettront d’orienter les choix futurs, pour continuer à faire vivre l’esprit synodal initié dans ce projet. Comme nous le rappelle le pape François dans « La joie de l’Evangile » : « Les défis existent pour être relevés. Soyons réalistes, mais sans perdre la joie, l’audace et le dévouement plein d’espérance ! Ne nous laissons pas voler la force missionnaire ! » (EG 109). Nous sommes tous envoyés pour que notre Eglise devienne toujours plus une Eglise de disciples-missionnaires.

 

Abbé Jean Christophe MEYER

Vicaire général

Plus d’informations dans le dossier du site internet du diocèse de Metz !