L’avenir du diocèse : au-delà d’une restructuration, une conversion

Des changements en perspective : pourquoi ?

  • L’Eglise doit s’adapter aux contraintes inhérentes aux changements de notre monde.
  • Contraintes d’effectifs, avec un nombre de prêtres en diminution.
  • Contraintes géographiques, et en particulier le découpage inadapté de nos archiprêtrés.
  • Evolution des modes de vie et de pensée.
  • Contraintes légales (concordat) et financières, qui sont à prendre en considération dans tout projet de restructuration.

Mais avant tout,  l’objectif est de mieux servir le Christ et sa mission dans le monde. Comme annoncé dans la lettre pastorale de notre évêque, il s’agit de resserrer les liens entre les différents acteurs pastoraux, prêtres, diacres et laïcs, jeunes et moins jeunes, et de travailler ensemble, de construire ensemble. Que chacun trouve sa place, et puisse apporter son charisme, ses compétences. Il s’agit bien d’une véritable conversion, centrée sur l’amour et la confiance. Un élan missionnaire.

L’Eglise est vivante, elle bouge :

Le projet pastoral diocésain de l’an 2000 a été notre dernière adaptation importante, avec l’organisation des communautés de paroisses et la mise en place des EAP.

Le projet actuel  a pour support un redécoupage des archiprêtrés qui deviennent plus gérables, et tiennent compte de la cohérence territoriale : ils permettront une meilleure coordination entre les communautés de paroisses au sein d’un même archiprêtré.

L’essentiel de la mission est décliné en 7 charges, constituées en « offices », qui seront coordonnés au niveau d’une équipe d’animation d’archiprêtré.

  • – La pastorale de l’initiation chrétienne
  • – La pastorale des jeunes et des vocations
  • – La pastorale des familles
  • – La diaconie
  • – La pastorale de la santé et des personnes handicapées
  • – La formation
  • – Le dialogue et l’ouverture au monde.

Ce projet a été mûri avec le concours de tous les acteurs pastoraux, de manière synodale:

  • – Un questionnaire a été adressé à tous les acteurs pastoraux en décembre 2016. Les remontées de ce questionnaire, et une esquisse du projet, ont été travaillés en février 2017, lors d’un premier congrès qui réunissait le Conseil Presbytéral, le Conseil Pastoral Diocésain, le Conseil épiscopal, et la Conférence des Archiprêtres.
  • – Toutes ces instances ont également pu, à plusieurs reprises, donner leur avis sur le sujet, individuellement ou lors de réunions communes.
  • – Ce samedi 14 avril 2018, Monseigneur Lagleize réunira à nouveau ces conseils en congrès solennel, afin de voter le texte du projet de restructuration du diocèse.

François Lavigne