2 février : Fête de la lumière ou de la Chandeleur ?

Pour les uns, c’est une fête gourmande autour des crêpes. Mais c’est aussi la fête des « chandelles » de la lumière (en latin festa candelarum) célébrée 40 jours après Noël.

Elle commémore la présentation de l’Enfant Jésus au Temple de Jérusalem et la purification de Marie. Accompagnés de Joseph, ils sont accueillis par Syméon (le juste) et Anne (prophète). L’évangéliste Luc nous rapporte la belle prière du vieillard Syméon tenant Jésus entre ses bras : « Mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple ». (Luc 2, 30-32)  A cause de ces paroles, où Jésus est reconnu comme Lumière,  cette fête s’appelle aussi la Chandeleur (de candela – la chandelle) . Elle clôture le cycle de Noël.

La tradition veut que des cierges soient allumés en symbole de cette purification. Ils sont ensuite  rapportés chez eux par les fidèles  afin de protéger leur foyer. C’est à cette époque de l’année que les semailles d’hiver commencent dans nos régions. On se servait  donc de la farine excédentaire pour confectionner des crêpes, symbole de prospérité pour l’année à venir.

A la suite du Christ, lumière pour tous, les baptisés sont appelés (chacun selon ses talents) à construire leur existence sous le signe du don reçu et donné (mariage, engagements, …) Jean-Paul II a déclaré cette fête de la Présentation du Seigneur au temple  «  journée de la vie consacrée ».

Geneviève