Bientôt Noël !

Noël sans limite

A l’évocation de la proximité joyeuse de Noël, un bénéficiaire de notre Conférence Saint Vincent de Paul de St Privat fit cette réflexion : « Pourquoi faudrait-il se réjouir de la venue au monde de Jésus pendant un mois et ne plus y penser ensuite ? »

Il avait raison, et on peut regretter que bien des personnes soient tombées dans cette espèce de carcan des temps liturgiques.

C’est dommage, parce que nous n’avons pas forcément envie de nous réjouir à Noël, pas plus que de pleurer à date fixe.

En fait, c’est toute l’année qu’il faut se préparer à accueillir la Bonne Nouvelle dans son cœur, chaque jour qu’on peut se réjouir d’avoir ainsi un Sauveur plein de tendresse. Et la joie de Noël ne doit pas nous faire oublier que Jésus est vivant aujourd’hui et tous les jours.

Nous vivons dans une pression continuelle du politiquement correct, du religieusement correct, de la joie obligée à Noël, de la fête obligatoire au jour de l’an, il faut surtout que personne ne mette en doute ce bel ordre moral, cette belle uniformité.

Mais la foi, c’est une expérience individuelle, c’est une rencontre personnelle, et chacun a le droit de la vivre à sa manière, à son rythme et quand c’est le bon moment pour lui.

Jésus ne vient pas le 25 décembre, il vient dans la vie de chacun à la date qui est la sienne, celle de sa rencontre avec le Christ, et à tous les moments où nous sommes en mesure d’accueillir l’amour de Dieu encore et encore, dans notre vie.

Dans nos rencontres et nos partages avec les bénéficiaires lors de nos distributions alimentaires tout au long de l’année, nous essayons d’en témoigner modestement autant par notre présence amicale que par notre aide matérielle.

Alors bien sûr, réjouissons-nous et fêtons Noël mais sachons garder à l’esprit et avec l’Esprit, que Dieu n’est pas prisonnier des calendriers et que ses bienfaits n’ont pas de date limite de consommation.

Les Conférenciers de Saint-Vincent de Paul