Soutenir l'Eglise
Trouver ma paroisse
Espace Membres

27 juin 2021 – 13ème Dimanche du Temps Ordinaire

La confiance

L’Evangile de ce jour met en scène deux miracles : celui de la fille de Jaïre et celui de la femme souffrant d’hémorragies. Aujourd’hui l’impression est que les miracles n’existent plus autour de nous et dans nos vies. Les plus sceptiques en profitent pour nier l’existence de Dieu. Parfois ce sont des croyants un peu tièdes qui après avoir demandé à Dieu une grâce qu’ils n’obtiennent pas, crient que Dieu est indifférent et ne les aime pas. Le plus certain est qu’il manque à notre Foi une réelle confiance dans le Christ. Il s’agit aussi de reconnaître dans des situations graves que nous pouvons observer les signes d’un miracle, pourtant si évidents dans l’amour d’un être envers un autre.

Face à la souffrance il ne s’agit pas d’expliquer qu’elle est la volonté de Dieu, comme il nous a souvent été dit. On peut se révolter comme les Saints l’ont parfois fait. Sainte Thérèse d’Avila disait “Cela ne m’étonne pas Seigneur, que vous ayez si peu d’amis, à la manière dont vous les traitez”. Le concile Vatican II nous dit ” le Christ n’a pas supprimé la souffrance, il n’a même pas voulu en dévoiler le mystère, il l’a prise sur lui, et c’est assez pour que nous en comprenions tout le prix”.

Que nous reste-t-il ? La prière bien sûr. Il ne s’agit pas non plus du “si je fais confiance à Dieu, Il va tout faire” ; La prière a deux temps comme nous l’a enseigné tout récemment le père Velfert. Le premier est de réagir fortement à la maladie, à l’injustice ; il s’agit de lutter et de faire tout ce que l’on peut. Le deuxième temps est celui de l’acceptation, de la soumission. La redécouverte de l’intériorité ne risquerait elle pas de détourner les chrétiens de la construction du monde ? Non il s’agit d’utiliser nos qualités, celles qui nous sont données par Dieu. Donc action et prière. Les miracles nécessitent une foi indéfectible de l’homme dans le Christ, une confiance dans la toute puissance de Dieu, qui est toute puissance d’amour. Le catéchisme pour adultes nous explique “pour évacuer de nos cœurs la peur de la toute puissance et de la sainteté de Dieu, Il s’est fait faible, petit et vulnérable en Jésus. Par sa vulnérabilité il nous manifeste sa tendresse et éveille la nôtre”.

Jean Marie Biévelez