1er novembre 2020 – Solennité de la Toussaint

La sainteté

 Il y a des gens comme ça qui respirent le calme et la tranquillité.

Il y a des gens qui sont comme des lumières dans la nuit, des braseros au plus fort de l’hiver.

Des gens qui, lorsqu’ils vous regardent, tout s’apaise.

Quand ils parlent, tout en nous se fait attente, écoute !

Quand ils vous tendent la main, on a envie d’être meilleur.

Oh ! Ce ne sont ni des héros, ni des gens célèbres.

Ce sont des gens de tous les jours, des petites gens, comme on dit, mais des géants du cœur.

Ces gens-là ne font ni grandes phrases, ni grands discours.

Ils sont là, un point c’est tout, et cela suffit !

Ne les cherchez pas au bout du monde. Ils sont à portée de portes ou de portillons.

C’est peut-être votre boulangère ou votre épicier.

Votre voisin ou votre marchand de journaux.

La femme qui tend la main à l’entrée de l’église, quémandant votre générosité.

L’enfant qui sourit dans les bras de ses parents.

Ce sont des petites gens, des gens de tous les jours.

Pourtant, parfois, ce sont nos maîtres, sans que nous le sachions, ni qu’ils le sachent eux-mêmes.

 « Ils sont nombreux les bienheureux

Qui n’ont jamais fait parler d’eux

Et qui n’ont pas laissé d’image.

Tous ceux qui ont, depuis des âges,

Aimé sans cesse et de leur mieux

Autant leurs frères que leur Dieu. »

 Bonne fête de la Toussaint !

Jean-Luc, diacre