5ème Dimanche de Pâques

Homélie du 5ème dimanche du temps de Pâques –Jn 14, 1-12
C’est la présence de Jésus en nous qui donne à notre avenir la dimension de l’Éternité.
Toutefois, il appartient à chacun d’entre nous, non seulement de solliciter cette présence mais de l’entretenir.
Un évangile et trois paroles
Dans la parole de Jésus «Il y a beaucoup de demeures dans la maison du Père» l’expression «beaucoup de demeures» nous rappelle que la maison de Dieu peut recevoir la totalité des hommes et des femmes de ce monde. Jésus nous dit ainsi deux choses. La première est que chacun, quel qu’il soit, a une place tout près du cœur de Dieu. Personne n’est exclu. Chacun, chacune d’entre nous est unique et précieux à ses yeux. Le corolaire de cette affirmation est que tous les hommes sans exception sont invités à prendre place dans cette maison de Dieu. Et ce n’est pas à nous de décider qui entre ou pas chez lui. A la question de Thomas «Nous ne savons même pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin?»Jésus dans sa réponse ne reproche pas à Thomas son interrogation. Nous avons tous le droit de dire nos questions, nos interrogations, nos doutes. Le Christ ne nous demande pas d’effacer nos questions. Mais simplement d’être capables de les dépasser dans une confiance en lui et en sa parole. Certes nous croyons que Jésus est mort et ressuscité. Toutefois, comme saint Thomas, nous n’en possédons pas l’évidence et nous ne connaissons pas le comment de cette résurrection. Comme Thomas et les autres disciples, nous faisons confiance à la parole de Jésus quand il nous dit qu’il est «le chemin, la vérité et la vie». Quand il dit «Seigneur, montre-nous le Père; cela nous suffit», Philippe, à son tour, cherche une réponse rassurante. Jésus lui répond: «Celui qui m’a vu a vu le Père. [..]Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi». C’est une parole importante. Elle nous rappelle que Jésus est la révélation, l’épiphanie de Dieu. Par Lui, avec Lui et en Lui tout ce que nous devons savoir sur Dieu nous a été dit. Il n’y a plus rien à y ajouter.
Le Dieu d’une alliance indéfectible
Thomas, Philippe et les autres disciples avaient besoin de certitudes.Ils aspiraient à plus de sécurité. Ils avaient besoin d’être rassurés. Nous aussi, auprès de Dieu, cherchons très souvent soutien, réconfort et protection. Cela se vérifie durant ce temps d’épidémie.Toutefois force est de rappeler que la vie spirituelle ne se limite pas aux temps de crises. Nous ne pouvons réduire Dieu à être l’assurance tous risques de nos problèmes.Le réconfort est le fruit de la recherche spirituelle et non son but.Dieu est présent à tous les instants de notre vie, les bons moments comme les moments plus difficiles. Sa puissance ne vient pas d’une manière magique modifier le cours des choses. Ce n’est pas une puissance d’intervention, qui nous mettrait à l’abri de la fragilité. Mais c’est une puissance de relation. Une relation indéfectible au sein de la précarité humaine qu’il convient de solliciter mais aussi d’entretenir.
Père Philippe Boissé