8 Mars 2020 – 2ème Dimanche de Carême

Le peuple Syrien est doublement pris en otage

D’abord massacrés à Idlib : « n’oubliez pas IDLIB » il y a là 4 millions de Syriens qu’on a affamés et bombardé écoles et hôpitaux pour qu’ils se rendent. Il pleut, il neige, la nuit il fait – 4 °, tous n’ont même pas une tente. Le Docteur Pitti résume : « C’est une véritable catastrophe humanitaire, un massacre et personne n’intervient. Personne ne condamne … ou laisse faire ! … »

Ensuite, venant de Turquie, les réfugiés sont instrumentalisés par Erdogan pour obliger l’Union européenne à le soutenir dans l’imbroglio syrien. Il menace de « les lâcher sur l’Europe », enterrant l’accord passé entre l’Union et la Turquie il y a juste 4 ans.

Les 27 ne vont pas aider les réfugiés, en contradiction totale avec le droit international et les valeurs européennes. Ils vont seulement aider financièrement la Grèce à renforcer ses frontières.

Et nous autres ?

Nous sommes successivement occupés par l’affaire Griveaux à Paris, les césars à Polanski, le 49-3 à l’Assemblée et le Coronavirus dont on dit la désastreuse progression d’heure en heure !

Le Carême pourrait nous aider à revoir nos priorités :

En 550 avant Jésus-Christ, le 3ème IsaÏe disait, de la part de Dieu :

« Sais-tu le jeûne que je préfère ?

Renvoyer libres les opprimés, briser tous les jougs,

partager ton pain avec l’affamé, héberger le pauvre sans abri,

vêtir celui qui est nu et ne pas te dérober devant ton semblable.

Alors si tu cries, le Seigneur répondra : me voici ! » Isaïe 55 8-9

Denis Velfert