C’est la fête de l’Epiphanie !

« La promesse d’un avenir »

Les mages ont-ils pleinement compris ce qui se passe réellement ? Il est difficile de le dire. Mais une chose est certaine : à l’instant où ils finissent par trouver la mère et l’enfant, l’évangile décrit la scène en peu de mots : « tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui » « ouvrant leurs coffrets, ils lui offrirent l’or, l’encens et la myrrhe » puis « regagnèrent leur pays par un autre chemin ». Dans ces quelques versets, aucun discours, aucun débat, aucune question. Ils viennent puis ils repartent. Et pour cause ! L’enfant est, par excellence, celui qui ne parle pas, celui qui n’a rien à dire et rien à expliquer. Mais en même temps, un enfant c’est un univers ouvert sur de multiples possibilités, un avenir dont on ne sait rien et dont il faudra défricher progressivement le chemin.

Cette rencontre avec Jésus n’est donc pas un point d’arrivée, mais un nouveau départ. Chacun repartira : les mages vers leur pays, le Christ vers son destin. Toutefois un déplacement essentiel se sera produit. Quelques hommes venus d’horizons divers, accepteront de « repartir à zéro ». Quelques années plus tard, Jésus en parlera même à ses disciples en les invitant à redevenir, « comme des petits enfants »,… autre manière de « repartir à zéro » « Les sages et les prudents, tout leur est caché », dira-t-il, « ils savent et ils sont enlisés dans leur connaissance. Par contre ceux qui, à l’exemple des mages, ont accepté de tout laisser pour me rejoindre, ceux-là ont bien de la chance ».

En cette fête de l’Epiphanie, nous sommes sans doute venus à la messe les bras chargés de plein de connaissances sur Dieu et sur la religion. Prions pour que ces multiples certitudes ne viennent pas occulter l’essentiel. La Vérité ne se réduira jamais à nos certitudes. Spirituellement, pour chacun d’entre nous, l’essentiel est peut-être encore à découvrir !

Philippe BOISSÉ