8 septembre 2019 – 23e Dimanche du Temps de l’Eglise

« Celui qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut être mon disciple » (Lc 14 25-33)

C’est déjà beaucoup d’être croyant. Jésus admirait le jeune homme riche parce qu’il respectait la loi, mais il lui dit : « Une seule chose te manque, va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, tu auras un trésor dans le ciel, puis viens et suis-moi. » (Mt 19 21-22). Ce qui manque au jeune homme riche, c’est la charité qui se manifeste en plénitude dans le don de soi. C’est qu’en fait, il s’agit pour l’homme de passer de l’état de croyant à celui de disciple.

Nous fêtons également aujourd’hui dans l’Eglise la Nativité de la Vierge Marie. Celle qui engendrera Jésus est vraiment l’aurore du Salut. Elle est le modèle du croyant et du disciple. Sa foi s’accompagne d’un abandon à la volonté de Dieu, dans l’acte de se donner pour qu’adviennent l’Incarnation et la Rédemption. Et Marie nous montre son Fils. A Cana, elle nous dit : «Tout ce qu’il vous dira, faites-le ! »

Nous pouvons suivre Marie sur ce chemin de l’abandon et du renoncement en consacrant à Dieu toute notre vie, tous nos biens par les mains de Marie, comme nous le recommande S.L.M.G. de Montfort. La Vierge Marie nous conduit à Jésus, mieux, elle génère Jésus en nous depuis la mort de Jésus sur la croix, si nous la prenons chez nous, comme Saint-Jean : «Voici ta mère ! » (Jn 19 27). Nous sommes alors libres pour suivre Jésus et servir nos frères, en devenant ses disciples.

Et Jésus a un appel particulier pour chacun de nous. Le dépouillement authentique n’est pas un appel à la misère, mais il est toujours une demande exigeante pour posséder comme si on ne possédait pas. Il se manifeste dans le bonheur de se donner de façon désintéressée. Dieu est amour, Il veut notre bien, et ne nous demande rien qui nous soit impossible. C’est de Lui seul que vient la force du dépouillement.

Par ailleurs, nous ne sommes pas tous appelés au dépouillement de Saint-François d’Assise. Mais nous sommes tous appelés à la sainteté, chacun selon son état et sa vocation, laïc, religieux ou prêtre, en devenant les disciples de Jésus, dans la fidélité à notre baptême. Nous ne sommes pas seuls sur ce chemin, appelés à partager la mission du Christ et à former, avec tous nos frères chrétiens, une Eglise de vrais disciples missionnaires.

F. Jean-François JACQ