28 avril 2019 – 2ème Dimanche de Pâques Dimanche de la Miséricorde

« Une béatitude et non pas une hébétude »

 Saint Thomas voulait voir et toucher Jésus. En fait c’est Jésus qui nous prend dans ses mains. C’est Jésus qui façonne notre cœur à l’image du sien. C’est le défi de la confiance.

Saint  Thomas voulait des preuves et s’en tenir tranquillement à ces dernières, sans nul autre souci d’avenir. En fait, il sera toujours difficile de vivre l’Evangile au quotidien. Il nous faudra, chaque matin, reprendre la lutte, reprendre le combat. C’est le défi de la persévérance.

Saint Thomas voulait voir et toucher Jésus, c’est-à-dire obtenir la preuve scientifique du Christ ressuscité. Vers quelle liberté cette preuve l’aurait-elle conduit ? C’est le défi de la liberté. La foi ne s’impose pas mais elle se propose et se reçoit.

 « Heureux ceux qui croient sans avoir vu » nous dit le Christ.

C’est une béatitude.

Si nous sommes croyants sans avoir vu le Seigneur… à moins que je ne sois le seul à ne pas l’avoir vu…. se pose donc, pour chacun de nous, cette question : « suis-je heureux ? ». Car il ne s’agit pas simplement de « croire sans avoir vu », mais bien avant tout, d’« être heureux » en croyant sans avoir vu. En d’autres termes, la foi au Christ ressuscité me rend-t-elle heureux ?

La confiance, la persévérance et la liberté sont trois critères, trois points de repères,  qui nous rappellent que le bonheur n’est pas un but que l’on poursuit, mais avant tout un fruit que l’on recueille sur les chemins de la foi.

Philippe BOISSE