7 octobre 2018 – 27ème Dimanche du Temps de l’Eglise

Le mariage, la famille, le divorce…

‘’Est il permis à un homme de renvoyer sa femme ?’’

Réponse de Jésus : « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère ! »

Dans sa réponse aux pharisiens, Jésus rappelle deux choses essentielles :

– Nous sommes sur terre pour être heureux. Tel est le projet de Dieu depuis la création du monde.

– Il n’y a pas de bonheur vrai, pas d’harmonie, pas de vie, s’il n’y a pas d’alliance. Il suffit de regarder aujourd’hui l’herbe de nos jardins : tant que la pluie ne fait pas alliance avec la terre, la sécheresse persiste et rien ne grandit.

Jésus nous dit aussi que, si on contemplait un peu plus souvent le projet d’amour et d’alliance que Dieu a sur l’humanité et sur chacun d’entre nous, ça irait tellement mieux dans le monde. C’est pourquoi il est important de rendre grâce et de remercier Dieu pour tous ceux et celles qui vivent dans la fidélité quotidienne, leur alliance dans le mariage, tout en sachant que ce n’est pas toujours facile. On n’est jamais à l’abri de grandes difficultés, mais Jésus nous propose de prendre le chemin de la confiance. Il est le compagnon fidèle des époux.

Un divorce, vous le savez bien, ouvre chaque fois un chemin de culpabilité plus ou moins profond. Et alors, on cherche à expliquer le pourquoi et le comment, ou bien on attribue la faute à l’autre. La culpabilité, ça vous ronge l’intérieur. Or, jamais Dieu ne culpabilise l’Homme, tellement il en est amoureux. Pour lui, une brèche qui déchire, une alliance devient une porte, il s’y engouffre pour y faire sa demeure. Son désir d’être avec nous en toutes circonstances, est si intense qu’il nous dit, au moment de la communion : « Prenez et mangez en tous, ceci est mon corps livré pour vous. » Et si cette rupture d’alliance était une nouvelle porte d’entrée, une nouvelle rencontre avec ce Dieu, amoureux de l’humanité blessée ? Et si c’était pour nous, une occasion de découvrir un aspect inconnu de ce Dieu d’Amour et de Miséricorde ?

Et si nous nous jetions dans les bras de Dieu comme le font les petits enfants se jetant dans les bras de leurs parents, notre monde serait tellement plus beau ! C’est ainsi que Dieu l’a voulu au commencement de la création. A nous de l’entretenir.

Jean-Luc, diacre