Novembre le mois des morts…mais pas que…

Il est vrai que novembre nous plonge pleinement dans la saison automnale avec l’arrivée de la froidure et des journées qui semblent plus courtes, le soleil se couchant chaque jour plus tôt. Journées qui raccourcissent, fraicheur, ciel gris et nature qui se dépouille… tout semble nous parler de mort et nous présenter novembre comme un mois qui lui est consacré. Il est vrai qu’octobre se termine avec cette « fête » païenne d’Halloween où nombre d’enfants revêtent ces déguisements sans trop comprendre la portée de cette démarche. Dès les premiers jours de novembre, nous visitons nos fidèles défunts et nos cimetières se parent de chrysanthèmes. Le 11 novembre, nous commémorerons la victoire de nos armées sur les troupes allemandes et nous porterons dans nos cœurs tous les soldats et civils tombés, les nôtres avant tout, mais y compris ceux d’en face.

Tout en ce mois de novembre semble rappeler la mort !

Et pourtant…Le chrétien ne peut lire les évènements de sa vie et du monde à la seule lumière pessimiste de la mort: il y a aussi et surtout la Résurrection du Christ. Et qui dit Résurrection, dit Vie ! La résurrection est le triomphe de la Vie sur la mort ! Et c’est en fait cette réalité que nous devons contempler en premier lieu.

Le jour de la Toussaint, nous ne célébrons pas des personnages dignes d’Images d’Epinal, ni même ces illustres ancêtres qui ont accompli tant de miracles et dont nos églises exhibent leurs statues. Non ! A la Toussaint nous célébrons « tous-les-saints » c’est à dire tous ceux qui sont déjà passés de cette vie à la vie éternelle, ceux que nous avons ou pas connus, ceux qui nous ont quittés et qui, sauvés, nous ont précédés et jouissent déjà de la vision béatifique. Tous ces frères ne sont pas morts, ils sont vivants, ils vivent en Dieu, ils vivent près de Dieu et leur vie n’aura pas de fin. Entre eux et nous, il existe une véritable communion. Alors oui, nous pouvons être attristés par l’absence physique des êtres aimés, mais n’oublions jamais qu’ils sont vivants. N’oublions pas que nous aussi nous sommes appelés à la sainteté.

Le jour de nos fidèles défunts, nous prierons pour tous ceux qui nous ont précédés, pour ceux qui se tiennent déjà en présence de Dieu et pour ceux qui purifient encore leur âme dans ce que nous appelons le Purgatoire. Nos défunts nous ont quittés physiquement certes, mais leur existence ne s’est point terminée avec la mort.

Mes chers amis, que nos défunts soient déjà auprès de Dieu contemplant son visage, ou qu’ils se purifient dans l’attente de pouvoir y entrer, ne passons pas sans élever vers eux, pour eux notre prière. Novembre n’est pas un mois pour les morts, mais un mois pour les vivants !

P. Sébastien Petitjean+
Votre Curé