La Pentecôte, le cinquantième jour après Pâques, va marquer la fin du temps pascal.

Le cierge pascal va retrouver sa place à côté du baptistère.

L’heure est venue après ce temps conséquent de confinement, de retrouver la possibilité de pratiquer le Culte en communauté ( en respectant scrupuleusement les dispositions sanitaires transmises par l’évêché de Metz).

Le chant qui évoque la disponibilité à l’Esprit Saint, le Veni Creator, nous rappelle combien il est essentiel de se laisser habiller intérieurement du Souffle de l’Esprit.

SANS LUI RIEN NE SERAIT POSSIBLE AUJOURD’HUI.

La première communauté reçoit ce don dans la foi, en communion avec les saints apôtres. Marie est là également aux côtés de l’Eglise naissante, nous rappelant de fait sa maternité divine (confirmée quelques siècles plus tard par le Concile d’Ephèse).

Vivre dans la mouvance de l’Esprit, c’est accepter de quitter l’horizon de son propre ego, afin de discerner la volonté de Dieu, ses projets, ses attentes. La spiritualité de l’engagement devrait nous permettre comme Marie d’adopter une attitude d’effacement pour mieux contempler les merveilles de Dieu.

Le temps des épreuves nous aura peut-être permis de voir au mieux ce qui est essentiel pour nous aujourd’hui et ce qui l’est le moins.

Que la fête de la Visitation nous aide comme Elisabeth et Marie, à rendre grâce pour ce que Dieu suscitera de nouveau, de différent dans nos vies.

Abbé Sébastien Douvier curé-archiprêtre de Faulquemont +