Saint Venceslas (+929)

Vratislas, duc de Bohème, laissait deux fils en mourant : Venceslas, l’héritier âgé de treize ans, et Boleslas, de deux années plus jeune. Drahomira, leur mère, exerça la régence, mais restait attachée à l’ancien culte comme Boleslas, alors que Venceslas était devenu chrétien. Durant les cinq années de sa régence, elle persécuta les chrétiens et Venceslas lui-même devait se cacher pour entendre la messe. A 18 ans, quand il monta sur le trône, il construisit des églises, ouvrit des monastères, rappela les prêtres exilés. Il gouvernait sagement et ses moeurs étaient pures. Il fut assassiné par son frère qui convoitait le trône et avait pris la tête du parti païen. Boleslas l’attaqua par surprise devant l’église où il se rendait à la messe. Venceslas ne tira pas son épée : “Je ne serai pas fratricide. Je te pardonne.” Il avait vingt-trois ans.

Pourquoi m’empêcheriez-vous d’apprendre la divine Loi de Jésus-Christ et d’obéir à ses commandements ? Si le Seigneur vous ennuie, pourquoi empêcher les autres de l’aimer ? Maintenant que me voilà débarrassé de vous, je veux servir Dieu de tout mon cœur.

(Saint Venceslas)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).