Metz Queuleu : 24 heures pour Dieu

Samedi 18 et dimanche 19 mai 2019, l’archiprêtré de Metz-Queuleu a organisé un temps fort appelé « 24 heures pour Dieu », alternant temps de prière, partage, célébrations et temps conviviaux autour du thème : « Cathos, et si on en parlait ? ». Le samedi après-midi à l’institution de la Salle et le dimanche matin à l’église de l’Immaculée-Conception, les participants ont pu réfléchir autour de l’enjeu missionnaire, et notamment les liens « avec ceux qui ne pratiquent pas assez » avec Valérie Le Chevalier, de l’institut catholique de Paris.

Le samedi, les catholiques de l’archiprêtré de Metz-Queuleu ont ouvert leurs 24 heures par la prière de l’office dans la chapelle de l’Institution de la Salle. Après un pique-nique au soleil, ils ont poursuivi leur après-midi avec un temps de réflexion et de partage théologique avec Valérie le Chevalier, auteur du livre « Ces fidèles qui ne pratiquent pas assez, quelle place dans l’Eglise ? ». L’intervenante a présenté sa recherche sur ceux que la sociologie catalogue souvent de pratiquants occasionnels ou non pratiquants, montrant que cette approche est très réductrice et pas conforme à l’évangile. En effet, l’étude de la manière dont Jésus accueille les hommes et les femmes qui viennent à sa rencontre est éclairante. Jésus les accueille en se mettant à leur écoute, en faisant confiance à leur démarche. Puis il les renvoie : « Va, ta foi t’a sauvé ». Il ne dit pas « viens avec moi », mais « va ». Il ne dit pas « je t’ai sauvé », mais « ta foi ». Tous sont appelés au baptême, mais tous ne seront pas disciples ou apôtres. Seulement quelques uns auront cette mission.

Ceci modifie notre regard sur ceux qui ont reçu le baptême et en vivent, même s’ils ne viennent pas régulièrement participer à la messe dominicale. Car l’oeuvre de l’Esprit dépasse les frontières de la communauté dominicale. L’intervenante a insisté aussi sur la foi première et fondamentale d’un désir de vie, sur lequel peut ensuite se greffer une foi attestataire dans le Christ mort et ressuscité.

La suite de la journée a consisté en un temps de vêpres, suivies de la messe, un dîner puis la projection d’un film « My lady », précédent une nuit d’adoration dans l’église de l’Immaculée-Conception.

Le dimanche matin, ce fut le temps de l’office de laudes, puis la poursuite de la réflexion sur « la recomposition du paysage religieux catholique » autour de la notion de mission avec Valérie Le Chevalier. Ce fut le temps de la grand messe et d’un apéritif partagé sur le parvis de l’église.