Morhange : messe de clôture du jubilé des 600 ans de l’église

Samedi 24 septembre 2022, les paroissiens du secteur pastoral de Morhange se sont retrouvés en l’église Saint-Pierre et Saint-Paul pour assister à la messe de clôture de l’année jubilaire, célébrée par les abbés Grégoire Corneloup et Jean-Marie Glanc.

Après avoir souhaité la bienvenue à l’assemblée, l’abbé Corneloup, curé-archiprêtre de Morhange, a pris la parole pour rappeler le sens du mot « eucharistie » et préciser que cette eucharistie était destinée à prier Dieu pour rendre grâce pour toutes les manifestations pastorales, culturelles et artistiques vécues et partagées ensemble au cours de cette année jubilaire. Une prière d’action de grâce sous forme d’une rétrospective a mis en exergue les principales initiatives de l’année.

Dans son homélie, le prêtre a souligné que le temps de la préparation a catalysé les énergies et permis à chacun d’utiliser ses compétences et ses talents de créativité dans différents domaines, en collaboration avec les services municipaux.

Célébrer l’anniversaire de l’église a aussi été l’occasion de la mettre en valeur à différents moments de l’année liturgique et malgré les incertitudes du moment : la messe télévisée préparée avec les équipes du Jour du Seigneur venues sur place, la célébration de la vigile pascale avec un baptême par immersion, la première communion des enfants après une longue attente ou encore la fête de Notre-Dame du Feu et sa veillée aux 600 bougies.

Avec la présence de Notre-Dame du Feu, l’église s’est révélée comme un écrin pour les artistes lors des différents concerts donnés en son honneur et permis la communion et l’apaisement des cœurs, par la qualité et la beauté des interprétations.

L’église Saint-Pierre et Saint-Paul, une église ouverte, accessible à tous, même à ceux qui d’habitude n’y entrent pas… une église qui a traversé les âges et qui continue toujours à faire lien avec chacun, dans les moments de joie comme de peine.

En cette fin de jubilé, une église qui va retrouver sa sobriété, continuer la vie chrétienne ordinaire et permettre à chacun de saisir davantage la présence de Dieu dans le quotidien de sa vie.

Après la messe, la chorale Escapade du conservatoire de musique de Morhange, sous la direction de Marc Jung, avec Valérie Sobczak et Marie Mély a proposé un programme très éclectique de chants religieux en différentes langues, qui ont eu une résonnance toute particulière sous les voûtes de cette église Saint-Pierre et Saint-Paul, une dernière fois illuminée, qui voyait là le dernier sursaut d’une année jubilaire en tous points remarquable :

  • Otsche Nasch de Nicolas KEDROV, le Notre-Père, en slavon,
  • Ave Verum de Mozart chanté,
  • Te Deum interprété à l’orgue et à la trompette,
  • Bless the Lord de Taizé,
  • Zum Sanctus de la Deutsche Messe de Schubert
  • pour finir par le Hallelujah de Cohen et le chant de paix Ukuthulla, chant traditionnel zoulou que les choristes ont interprété en se déplaçant dans l’église pour former un cercle autour des personnes assises de part et d’autre de la nef.