Archiprêtré de Morhange : clôture du “Carême à domicile”

Dimanche 28 mars 2021, plusieurs équipes de lecture du Carême à domicile des secteurs de Morhange et Grostenquin se sont retrouvées en en l’église Saint-Nicolas de Rodalbe pour une prière commune de clôture, une façon d’anticiper la fête pascale dans un autre lieu du secteur de Morhange.

Le Carême à domicile de cette année a permis une réflexion et un approfondissement en équipes de certains passages de l’encyclique Laudato si’ du pape François, autour de la question de la conversion à l’écologie intégrale. Ce fut l’occasion d’un partage fructueux autour du grand thème de l’écologie dans nos vies quotidiennes personnelles et collectives, mais aussi et surtout dans nos vies de chrétiens.

Les rayons d’un soleil radieux ont illuminé le bouquet de fleurs printanières placé devant l’autel. Un décor idéal pour rendre grâce à Dieu pour la Création confiée aux hommes après les temps de partages en commun au cours des différentes rencontres du parcours proposé cette année. L’abbé Grégoire Corneloup, curé-archiprêtre de Morhange, entouré de l’abbé Épiphane Ayih-Akakpo de Grostenquin, a salué et a rappelé les différents grands rendez-vous de la Semaine sainte, avant la grande fête de Pâques.

Différents temps de prières, de chants, de méditations se sont succédés. La prière de pardon a souligné les manquements individuels et collectifs dans la préservation de la Terre créée par Dieu et confiée aux hommes, mais aussi la prise de conscience d’un nécessaire changement de comportements, au nom de la foi en Dieu Créateur.

Après la méditation du psaume, chacun a pu dire à voix haute la phrase, l’idée, la strophe la plus parlante pour lui. La Parole de Dieu, entendue dans l’extrait de l’évangile de saint Matthieu proposé, a mis l’accent sur la confiance à accorder à Dieu, car lui seul connait les vrais besoins des hommes.

Quelques personnes se sont succédées au micro pour donner lecture d’une Béatitude qui leur avait été remise à l’entrée. Elles ont ensuite allumé un lumignon qu’elles ont déposé devant l’autel. Ces Béatitudes ont voulu souligner que la conversion écologique passe par des gestes et des attitudes à vivre dans le quotidien. Alors, et alors seulement, il sera possible de contempler la Création, une contemplation sans fin, mais aussi une lutte sans fin pour sa sauvegarde.

À la fin de la prière, une personne de chaque secteur a été invitée à s’exprimer pour partager son expérience au sein de son groupe et donner son ressenti sur ce qui a été vécu durant les temps de rencontres. Différents points de vue sont apparus qui ont incité d’autres personnes à prendre la parole. Un débat qui n’est pas terminé.

Ce temps de carême a véritablement inauguré “un processus de changement” dans les cœurs, un changement dans la joie, dans une joie missionnaire, au sein d’un archiprêtré, dont les liens un peu distendus pourraient se resserrer autour du choix d’un domaine comme le soin à apporter à la Création.

Le temps de convivialité ne pouvant avoir lieu, les conversations sont encore allées bon train après la prière, devant l’église.