À la découverte de l’Église en Haïti et au Burkina Faso

À l’occasion de la Semaine missionnaire mondiale 2022, le Service diocésain de la Mission universelle a organisé un temps de rencontre à Delme, le dimanche 23 octobre 2022. L’occasion de présenter la mission du service et de faire découvrir l’Église en Haïti et au Burkina Faso.

Certains participants ont vraiment découvert qu’il existe un service diocésain dédié à la Mission universelle grâce à cette rencontre. L’ équipe qui avait fait le déplacement a permis aux participants de comprendre qu’il est important de faire connaître que l’Église est missionnaire par l’appel du Christ lui-même.

C’est d’abord l’abbé Fenel Bourdeau, haïtien et prêtre coopérateur à Dieuze, qui a présenté l’Église en Haïti. Il a expliqué aux personnes présentes que l’Église fait entièrement partie de la vie des Haïtiens. Malgré les coups d’État, la situation économique très difficile, la corruption et les catastrophes naturel, les gens se relèvent toujours, comme le Christ nous l’a appris. L’abbé Bourdeau a bien fait comprendre aux participants qu’en Haïti l’Église évangélise, mais elle permet surtout l’éducation, les soins, la nourriture et un accompagnement sociale.

L’abbé Éloi Bamogo, originaire du Burkina Faso, a ensuite présenté l’Église de son pays. En de nombreux endrois, l’Afrique connaît de grandes difficultés pour pouvoir évangéliser sereinementn sans menace, car des brigands ne font plus de différence entre les religions. Le Burkina Faso est un oays lui aussi touché par les crises économiques, les kidnappings, le climat… L’Église joue son rôle dans des paroisses très vastes, de 50 à 100 km, où le prêtre assure le bien-être des paroissiens, en organisant l’aide alimentaire, sociale et éducative.

Cette rencontre est une fabuleuse expérience, riche de connaissances pour ses pays lointains.

L’ambiance conviviale et chaleureuse, grâce aux organisateurs et aux participants, a permis de créer du lien, d’échanger et d’en finir avec les préjugés.

Merci aux pères Éloi, Fenel et Athanase, à Rose-Marie et à soeur Marie Pascaline d’avoir partagé leur ferveur et leur attachement à ce service pour la Mission universelle et particulièrement pour leur force missionnaire.