Université d’été de l’amicale du CAEPR

Une vingtaine de membres de l’amicale du CAEPR (faculté de théologie de l’Université de Lorraine) se sont retrouvés durant la première semaine des vacances d’été pour découvrir le protestantisme.

Cette université se situe dans la ligne des précédentes depuis 2015 : aborder et approfondir un monde spirituel que certains catholiques peuvent mal connaître. Après le judaïsme à Troyes, le monde orthodoxe par deux fois à Chevetogne et les spiritualités orientales aux Missions étrangères de Paris, c’est cette année à Strasbourg, avec la sphère protestante, que l’Université d’été s’est déroulée.

Cette session a permis aux participants de rentrer dans l’histoire, la théologie et le quotidien des communautés protestantes. Marc Liénhard, pasteur, théologien et historien, a présenté plus particulièrement Luther et Albert Schweitzer, la grande figure du protestantisme alsacien. Madeleine Wieger, maître de conférences en Philologie biblique à la faculté de théologie protestante de Strasbourg a passionné les participants en les plongeant dans la question de la justification par la foi.

Enfin, Jean-Claude Hutchen, pasteur (autrefois en poste à Yutz et à Forbach) les a fait pénétrer dans le concret de la vie des communautés protestantes.

Cette session a également permis aux participants de pénétrer dans des lieux, certes connus, mais dans lesquels ils n’étaient pour certains jamais entrés. Ils ont ainsi pu visiter les temples et églises Stengel de l’Alsace Bossue, autour de Sarre-Union, très bien entretenus par des petites communautés. Ils ont découvert le vocabulaire protestant : “église” luthérienne, “temple” réformé. À Strasbourg, les participants ont pu découvrir l’église Saint-Pierre le jeune, à la décoration et aux fresques remarquables, le gymnase Sturm, haut-lieu de la vie intellectuelle protestante, le fameux Stift, siège de l’UEPAL (Union des Églises protestantes d’Alsace-Lorraine) et grand foyer étudiant, et assister à un magnifique concert d’orgue en l’église Saint-Thomas.

Partout, ils ont été accueillis à bras ouverts, avec une grande chaleur, par des personnes manifestement ravies que des catholiques s’intéressent sincèrement à leur vie, leur pensée et leur culture. Cet accueil a beaucoup touchés les participants, l’œcuménisme marque le pas.

Le père Denis Velfert, longtemps délégué à l’œcuménisme pour le diocèse de Metz faisait également parti du groupe. En novembre prochain, il se propose de faire le point sur le dialogue œcuménique, vu du côté catholique, lors d’une soirée. La porte sera grande ouverte à tous ceux qui veulent élargir leur horizon spirituel.