Soirée oecuménique à Rech

Initialement prévue entre le 18 et le 25 janvier 2020, dans le cadre de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, c’est finalement à la veille de la Saint-Valentin, le jeudi 13 février 2020, que les Églises protestantes et catholiques se sont rencontrées dans le cadre d’une soirée de partage et de prières à l’église de Rech. Ainsi, les fidèles des deux confessions ont pu célébré d’un même cœur et d’un même amour autour de Mme Eliane Wild, pasteure de Keskastel, Herbitzheim et Sarralbe, et de l’abbé Francis Klaser, curé-archiprêtre de Sarralbe.

Cette année, ce sont les chrétiens de Malte et Gozo qui avaient préparé la Semaine de prière. Ils avaient choisi le texte des Actes des Apôtres, au chapitre 28, car celui-ci relate le naufrage de Paul à Malte, un événement qui est à l’origine de la foi chrétienne sur l’île. En effet, au cours de son dernier voyage pour rejoindre Rome, un ouragan s’est abattu sur le bateau et tous ses passagers. À bord du bateau, deux cent soixante-seize personnes avaient pris place et c’est au bout du quatorzième jour de dérive, qu’ils avaient échoués sur l’île de Malte. Tous les ans, les chrétiens maltais rendent grâce pour cet événement. Les personnes de l’île qui ont accueilli Paul et ses compagnons d’infortune ont avant tout fait preuve d’humanité dans leur hospitalité.

Lors de cette rencontre, une partie des chants avait été préparée par le groupe de prière œcuménique de Nadine et Freddy, qui avait également confectionné les rames et le bateau.

Ces rames, signifient symboliquement que nous sommes tous les passagers d’un même bateau : l’Église. Elles sont utiles pour avancer et, pour cette raison elles portaient chacune un nom : conversion, lumière, réconciliation, espérance, confiance, force, hospitalité, générosité. Un peu avant la fin de la célébration, une quête a été réalisée au profit du Secours Catholique. Celle-ci a permis de récolter 136 €.

Enfin, avant de rejoindre la nouvelle salle du foyer de Rech pour un partage fraternel, chaque participant s’est vu remettre un signet en forme de rame, avec un verset biblique.