Sarralbe : messe en mémoire du soir de Noël 1939

Samedi 28 décembre 2019, la chapelle Sainte-Trinité du cimetière de Sarralbe a ouvert ses portes pour la célébration d’une eucharistie en mémoire du premier Noël en temps de guerre (en 1939) des soldats chasseurs à pieds de la troisième 1/2 brigade du 31ème BCP.

C’est avec grande joie, que l’abbé Francis Klaser, curé-archiprêtre de Sarralbe, a accueilli les officiels en la présence de Pierre-Jean Didiot, maire de Sarralbe, des membres du conseil municipal, des anciens combattants, des porte-drapeaux, les pèlerins et choristes de la chorale Saint-Léon de Troisfontaines. Aux côtés de l’abbé Klaser, on notait la présence de l’abbé Stéphane Brucker, curé de la Communauté de paroisses de Notre-Dame du Bibertal, du diacre Michel Barbiche et d’un séminariste de Paris, Baptiste, dont les grands-parents sont originaires de Sarralbe.

C’est pour le 70ème anniversaire qu’une première messe avait été célébrée à la chapelle, et depuis, tous les cinq ans une messe a lieu pour faire mémoire du soir de Noël 1939.

Ce 24 décembre 1939 était avant tout un moment de fraternité. Des soldats du 31ème bataillon de chasseurs à pieds campaient à Eich (commune de Sarralbe) et à Rech. Ce soir-là, ils n’avaient pas reçu d’instructions spéciales mais ils avaient aperçu la petite chapelle de la montagne d’Albe. D’un commun accord, ils s’y sont rendus pour célébrer la naissance de Jésus. Ils étaient réunis ensemble, priant et pensant à tous ceux qui étaient loin de chez eux, mais aussi à leurs propres familles.

Ils étaient 150 à ce moment-là dont seule une trentaine survivra à la fin de la guerre. Ils venaient du nord de la Franche-Comté, de la région Parisienne, du sud de l’Alsace et quelques-uns d’Algérie.

Rien ne nous dit si c’est une étoile qui a poussé ces soldats à venir célébrer la naissance du Fils de Dieu, mais en poussant la porte de la chapelle, ils se sont sentis chez eux, car pour eux, c’était un lieu de paix, loin du bruit de la guerre. Celui qui célébra n’était pas un prêtre, ni un aumônier, mais quelqu’un qui connaissait bien la messe, un laïc du nom de Pierre Euzenat de Saint-André. Ensemble ils ont prié mais aussi chanté “Il est né le Divin Enfant” et tout particulièrement le célèbre”Minuit Chrétien”.

Ainsi au cours de l’eucharistie, la chorale a chanté à l’offertoire : “Minuit ! Chrétiens, c’est l’heure solennelle…”  Un moment fort qui a suscité dans l’assemblée une vive émotion. Pour terminer la célébration tous ont uni leurs voix pour chanter “Fraternité” pour se rappeler que tous les hommes de la terre veulent se donner la main, vivre et s’entraider en frères. C’est le lien de la fraternité humaine qui a été la source de cette messe anniversaire de Noël 1939.

Les pèlerins et choristes ont  également été invités par le président des “Amis du Pays d’Albe”, Jean-Michel Engel, à visiter le musée et à une conférence donnée par Philippe Keuer sur la zone des postes avancés et des villages évacués où cette a cantonné et mené des combats en première ligne jusqu’au mois d’avril 1939.

Pour terminer, tout le monde s’est retrouvé autour d’une bonne table dans un restaurant de la région.