Mercredi 17 février 2021 : entrée en carême

Mercredi 17 février 2021, la communauté catholique en Moselle, comme l’Église universelle, va entre dans le temps du carême. Ce temps qui commence par le Mercredi des Cendres s’étend jusqu’aux fêtes de Pâques, point culminant de l’année pour les chrétiens. À cette occasion, découvrez le message de Mgr Lagleize pour le carême 2021.

Le carême commence le Mercredi des Cendres et s’achève le Jeudi saint, le 1er avril 2021, avant la célébration de la Cène du Seigneur. La Semaine sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux, le 28 mars 2021, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix. Le Samedi saint au soir et le dimanche de Pâques, le 4 avril 2021, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du carême – quarante jours sans compter les dimanches – fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

À cette occasion, Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz propose aux fidèles de Moselle un message :

En carême, avec les saintes et les saints

En Église, nous avons l’habitude de fêter les saints. Faire mémoire de leur vie donnée peut nous aider à cheminer tout au long du carême…

Le carême : fraternité entre Ciel et Terre

Les saints et saintes sont pour nous comme des grands frères ou grandes sœurs qui veillent sur nous, nous indiquant le chemin menant au Christ. François de Sales dit qu’ils sont comme “des lumignons dans un chemin d’obscurité, qui nous permettent de ne pas nous perdre”. À l’heure des épreuves, on a aussi besoin de se confier, savoir que l’on peut compter sur des amis. N’aimerait-on pas parfois murmurer à l’oreille des saints : “J’ai envie de te dire cela, pour que tu le dises au Seigneur”. Le carême peut nous aider à vivre cette fraternité.

Le carême : une guérison

Parmi les saints, il y a aussi les guérisseurs. Il faut attendre le XIe siècle pour voir naître la dévotion à saint Blaise, à saint Sébastien ou d’autres saints, à qui l’on se confie en temps d’épidémies ou autre. Certains peuvent y voir de la superstition. Pourtant, nous savons aussi nous confier à ces saints guérisseurs parce qu’à travers leur existence, ils ont manifesté les signes de la consolation du Seigneur pour son peuple. Ils nous aident dès lors à mettre notre confiance et notre espérance en lui.

La communion des saints telle que nous l’entendons, c’est le partage dans la foi que nous opérons, les uns les autres, entre vivants et défunts, pour signifier que nous sommes de la famille de Dieu, que nous nous portons ou, comme le dit saint François de Sales, que “nous nous entre-portons” comme si nous espérions la guérison du corps et du cœur. Que ce carême nous le permette !

Le carême : une communion avec la Création

Les saints, comme saint Blaise ou saint François d’Assise, nous invitent encore à demeurer en communion avec la Création, don de Dieu. Saint Bernard disait : “J’ai plus appris dans les forêts que dans les livres”. Les saints ont souvent nourri leur adoration pour Dieu dans la contemplation de la Création.

Comme nous y invite le Carême à domicile 2021, il sera bon de nous souvenir de cette communion avec la Création, y reconnaissant l’œuvre de Dieu, priant et cheminant, en Église, vers Pâques, dans la joie de nous savoir attendus pour revêtir, à notre tour, l’habit de la sainteté.

Dans la communion des saints, et l’action de grâce pour la Création, en frères et sœurs, bon carême.

+ Jean-Christophe Lagleize , évêque de Metz